Mississippi Rolling Saucisses.

La vie de vedette est loin d’être facile, qu’ils soient chanteurs, acteurs, animateurs…  Surtout en début de carrière.  Comment se faire connaître ?  Comment attirer l’attention des producteurs ?  Comment faire de l’argent ?  C’est en cherchant une réponse à toutes ces questions que la tentation de faire de la pub arrive.

Parfois, le concept est bon et la pub peut servir de tremplin pour un talent émergeant.  On n’a qu’à penser aux anciennes publicités de Bell avec Benoît Brière.  Si elles ont d’abord mis le jeune comédien sur la mappe, la liberté créative que la compagnie a laissé à « Monsieur Bell » pour les dix années suivantes lui a probablement procuré une grande source de satisfaction artistique.  Il était maître de tout, passant de l’écriture des scénarios à l’interprétation de tous les personnages.  On raconte que le contrat s’est terminé par une grosse chicane mais bon, ce sont des détails qui nous intéressent moins.

À d’autres occasions, c’est moins heureux…  Combien de finissants de conservatoire se retrouvent dans une pub de McDo en pensant que, malgré le fait qu’ils doivent jouer un taré qui en pince grave pour un wrap mou à la sauce ranch, ils seront découverts par le grand public pour ce qu’ils sont, des interprètes de grand talent.

Des cauchemars liés au monde de la pub, il y en a des tonnes.

Je parle souvent de ma mère à mes amis.  Pour la décrire, j’utilise la description de l’iconique Nanette Workman : femme de grande classe, aimant les jackets de cuir et portant les cheveux longs.  Rockeuse dans l’âme, énergique, fonceuse…  Elle émane le Mississippi Rolling Stone à fond la caisse, bien que ma mère soit plutôt originaire du Cap Diamant.

– Pourquoi tu nous parles de ta mère, là ?

– Parce que je l’aime et que Nanette Workman poursuit Maple Leaf pour 675 000 $ !

Avouez que le lien est bien fait !

À vrai dire, la chanteuse Nanette Workman réclame 675 000 $ au géant canadien de l’alimentation pour avoir exploité sa voix sans autorisation dans des publicités pour les saucisses Top Dogs.  Diffusé tout l’été à la télévision, ledit commercial utilisait la célèbre chanson de Boule Noire, Aimer d’amour, dans laquelle Nanette interprète le refrain.

Aimer les produits Maple Leaf, c’est une chose.  Les aimer d’amour, c’en est une autre.  Je ne sais pas ce que Nanette trouve de plus choquant dans cette situation : que sa voix ait été utilisée sans autorisation ou d’être associée à des saucisses, ce qui n’est pas très glamour…

« Cette chanson n’appartient peut-être pas à Nanette, mais son interprétation lui appartient.  Et si quelqu’un veut cet enregistrement sonore à d’autres fins que discographiques, il doit demander l’autorisation à l’artiste. », explique l’avocat de la rockeuse.

675 000 $, c’est beaucoup de bacon, si l’on peut dire.

P. S. : La vache illustrant l’article n’est pas utilisée pour représenter quiconque nommé dans l’article ci-haut.  Je cherchais plutôt une image de code barre ou un signe de piasse et je suis tombé là-dessus.  Une splendide bête qui a vendu son flanc gauche à de la pub contre quelques bottes de foin.

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s