Le week-end dernier, j’ai pris rendez-vous avec Le monde effroyable et beau d’Otto Dix.

Le quoi de qui ?

En déambulant dans l’exposition Rouge cabaret au Musée des Beaux-Arts de Montréal, on constate que les oeuvres de l’artiste allemand, datant pour la plupart de l’après première guerre mondiale, sont encore aujourd’hui tout à fait d’actualité.  Ses toiles nous parlent de folie, de guerre, de blessés, de victimes collatérales…  Des sujets encore très contemporains et que l’on a maintenant l’habitude de voir live, aux nouvelles télévisées.

Mais elles nous parlent également de la montée de l’intolérance dans l’Allemagne de l’époque qui semblait pourtant bien progressiste.  Alors que nous-mêmes vivons une époque trouble où la droite conservatrice remontent un peu partout dans le monde, c’est troublant.

Jusqu’au 2 janvier 2011.

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s