La Noël.

L’industrie du disque va mal, c’est terrible et épouvantable.  OK, on commence à le savoir.  Mais comment se porte l’industrie de la création originale ?  Certains disent que nous vivons une époque prospère en terme de diversité musicale.  Moi, je ne miserais pas un gros brun là-dessus !  Du moins, chez les chanteurs populaires.

On comprend le principe : les disques ne se vendent plus, donc les labels poussent leurs artistes à enregistrer des reprises de vieux succès pour attirer le plus gros bassin d’acheteurs de CD potentiels : les nostalgiques boomers qui ne comprennent rien au téléchargement illégal.  Mais un marché se maintient depuis des décennies et apporte son lot de « nouveautés » chaque année.  Celui du disque de Noël.  Tous les chanteurs qui cherchent une alternative au Imagine de John Lennon ou au Hallelujah de Léonard Cohen se jetteront tête première dans le défi du Sainte Nuit afin de se créer un joli fond de retraite.  Car oui, ça se vend !

Si vous désirez vous laisser tenter par la magie du trémolo de la nativité chrétienne, voici trois albums de Noël relativement récents, chacun ayant frôlé la tête des palmarès de ventes au Québec.

MISE EN GARDE : Bien que ces résumés ait été écrit en étant directement connecté avec l’au-delà, certaines notes biographiques ne se veulent pas représentatives de la réalité.  Juste au cas où…

Mariah Carey  –  Merry Christmas II You

Après avoir goûté au paranormal en glissant en slow motion sur une scène de Singapour, Mariah a voulu davantage se rapprocher du divin et des chiffres de vente de son premier Merry Christmas sorti en 1994.  Avec son volume 2, Mariah a mis en évidence son groove inné lorsqu’il est l’heure de pousser des high notes.  L’occasion était aussi excellente pour se faire une fois de plus amincir par son bon ami Photoshop.  Dans les deux cas, c’est réussi.

Florence K  –  Havana Angels

Elle se dit latine, chaude et funky.  Avec elle vient le soleil, le rythme et les rires d’enfants.  Quand Marco Calliari n’est pas là, elle prend la relève pour remplir les quotas de musique exotique.  Bref, c’est exactement le genre de fille qu’on n’a pas envie d’entendre en préparant une dinde.  Trop, c’est trop !  Bravo cependant pour l’excellente omniprésence des maracas tout au long du disque.  Aussi reposant qu’un séjour à la Havane passé à se chercher un dealer.

Ima  –  Marie-Élaine Thibert  –  Marie-Chantal Toupin  –  Annie Villeneuve

Quatre chanteuses, quatre disques de Noël, une seule et même destinée.  Tout débuta le jour où elles sont passées du statut de « chanteuse chouchoue du public » à « résultat du plus gros flop de l’année ».  Dans la suite logique s’en suit habituellement un album de Noël annoncé comme un rêve de jeunesse ou le highlight d’une magnifique carrière.  L’époque des chanteuses à voix est révolue, triste constat pour les interprètes du Québec.

Dans ma bibliothèque, je n’ai qu’un seul disque de Noël.  Il me suit depuis des années et gardera probablement son exclusivité pour encore très longtemps.  Une fois par année, je le fais jouer sur ma table tournante.  En voici un extrait d’une frissonnante beauté.

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s