Mademoiselle Vagin-Cul.

« Ah ben, ostie.  Estie d’criss d’ostie de tabarnak de câlisse d’ostie.  Chus brûlé. »

Quand ça va moins bien, regarder la capsule de Jocelyn, la marionnette qui sacre agit comme un baume d’aloe vera sur une plaie saillante.  Comme quoi, y’en a toujours des pires que soi !  Mais rien n’est mieux qu’un spectacle complet pour te donner la pêche grave.  Ça tombe bien, Les Denis Drolet ont dix ans et ils étaient de passage au La Tulipe de Montréal vendredi soir dernier.  Exactement ce dont j’avais besoin pour clore ma semaine de façon décente et acceptable.

L’heure était aux célébrations lors de la seule et unique représentation du spectacle anniversaire concept Décennie Drolet.  Une occasion en or de les revoir sur scène avec leurs meilleurs numéros et tous les hits issus des deux premiers albums du duo humoristique le plus pertinent du Québec.

Le moment était aussi approprié pour porter un chapeau festif en forme de cône.  Bref, c’était le pied.

Le concept du show best of est, à la base, assez étonnant.  À moins que je sois plus que jamais un taré de première, je ne crois pas que ce soit chose courante dans le milieu habituellement plutôt statique de l’humour.  À l’exception de Clémence et Clodine Desrochers qui, soyons réalistes, sont de vraies déchaînées niveau réchauffé !

Les classiques étaient là : Parler en même temps, À soir on va parler des vrais affaires, Monsieur Chartier et mon préféré Speaking English.  Tout comme dans un show de Martin Deschamps, les fans purs et durs criaient les répliques des sketchs à l’unisson avec leurs idoles.  Vraiment, Les Denis Drolet ont un public de passionnés et c’est l’fun à voir !  Mention spéciale à ma sympathique voisine de rangée qui, après avoir vidé une bouteille de vin rouge au complet, se sentait bien à l’aise de raconter ses fantasmes sexuels mettant en vedette le Denis barbu.

Quelques invités / amis sont venus faire leur tour sur la scène du La Tulipe, dont Jean-Thomas Jobin.  Je retiens de son passage son étonnante interprétation de l’homme qui déjeune depuis 22 ans.  J’adore ses personnages.  Ils sont rares et, dans le fond, se ressemblent tous un peu.  L’homme allumette de l’artiste visuel zipertatou a semblé énormément plaire aux fans des Denis.  Certains, de la première heure, auront eu comme feeling de revivre l’époque du Show Absurde au Cabaret Juste pour Rire.  Une belle nostalgie.

Les Denis Drolet sont présentement en tournée à travers le Québec avec un spectacle intitulé En construction.  Titre temporaire pour un show de rodage ?  Totalement.  Ils en ont quand même fait quelques extraits vendredi dernier, dont un numéro où ils se questionnent sur l’identité de leur père absent.  Une nouvelle dimension émotive vient d’apparaître dans leur écriture et c’est un gros plus.  Et oui, j’ai versé une larme !  J’ai si hâte de voir ce nouveau show, prévu pour l’instant en septembre 2011.

Et pendant que je pleurais, ma voisine de rangée complètement en boisson criait encore et ce, depuis une demie-heure :

« Speaking englisssh ! »

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s