Je suis sorti de ma bulle de confort (sic) vendredi dernier afin de vivre une soirée sous le thème de la voltige et de l’intensité.  Je me suis fait initier à l’art du trapèze par les membres du Cirque Carpe Diem.

Le lendemain, je me suis empiffré de pain naan dans un restaurant indien du plateau Mont-Royal.  Autant vous dire que le maharaja des cuisines s’est déchaîné pour rendre mon assiette de poulet au beurre d’une tendreté inégalée.  Quatre étoiles et demie, parce qu’ils ont osé mettre de la vinaigrette italienne sur ma salade de laitue iceberg.  FAIL* !

Puis, une équation m’est soudainement apparue évidente.  Est-ce un lien que j’ai fait en hallucinant un éléphant dessiné avec de la sauce au beurre dans mon riz basmati ?  Probablement.

Trapèze (cirque / Christina’s Ain’t No Other Man)
+
Bouffe indienne (éléphant / maharaja / Moulin Rouge)
=
Me garrocher au cinéma voir le nouveau film musical Burlesque
(come-back de Cher / je suis over énervé et un peu pompette)

Un week-end thématique, comme je les aime !

La salle n’était pas pleine.  Il faut dire que ça coûte cher aller au cinéma un samedi !  Mais bon, quand je suis en boisson, je ne regarde pas les dépenses.  Et je ne me suis pas gêné non plus pour rire à tue-tête lorsque j’ai vu la tête de Christina Aguilera, faussement paumée et perdue dans un bled de l’Iowa, nous faire croire qu’elle a la vie dure avec sa coupe de cheveux époque Genie In A Bottle.

Je vous le rappelle, j’étais pompette.

L’histoire est prévisible comme c’est pas possible.  Mais malgré tout, j’ai quand même apprécié.  Voici un petit résumé :

Après l’échec de son dernier album Bionic, Christina s’est autoembauchée comme serveuse d’un cabaret portant le nom de Burlesque.  En servant ses clients, elle ne cesse de faire des moves de chorégraphies PAS D’ALLURE* afin d’attirer l’attention de la propriétaire du bar, Cher.  Cette dernière reste figée.  Ayant abusé du botox, elle ne peut désormais plus exprimer d’émotions telles que la colère ou la surprise excessive.  Finalement, les deux femmes réussiront à communiquer et deviendront meilleures amies suite à une séance de maquillage à deux.

Oui, on a l’impression de se taper un long vidéoclip de Christina Aguilera.  Autant dire que ce n’est pas de tout repos.  Par contre, la douleur est rapidement calmée dès que Cher vient faire de jolis intermèdes.  Son interprétation de You Haven’t Seen The Last Of Me s’avère être de loin le meilleur moment du musical et c’est le seul numéro qui brille par sa simplicité, néons et paillettes FREE*.

Pour la petite histoire, Cher a voulu abandonner le projet par trois fois.  Insatisfaite de son personnage, elle réclamait de pouvoir chanter, ce qui n’était pas prévu dans le scénario initial.  Finalement, elle s’époumone de sa voix grave sur deux chansons seulement.  On en aurait bien pris davantage.

Un film à voir si vous avez bu.  Pour des commentaires à jeun, demandez un second avis.

* Mot crié avec une voix nasillarde de marde.

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s