Il y a présentement une vague de froid intense sur le Québec.  On le sait, on le ressent, on le subit.  Je n’ai qu’une seule envie : m’enfermer chez moi, me mettre des vêtements mous et surfer sur le Web en buvant du chocolat chaud / brûlant.

Ben fais-lé !

Premier constat : mes amis imaginaires sont très agressifs.  Deuxièmement, les Internets ne font que reléguer mes désirs de vêtements mous aux oubliettes.  Et pour cause, la semaine dernière, tous les yeux de la planète mode étaient rivés sur Milan où ont défilé les premières collections masculines automne-hiver 2011-2012.  En tout, 39 défilés/36 marques ont été présentées.  Globalement, ça s’annonce assez sage, mais de nombreuses nouvelles pistes ont néanmoins été explorées.  Les archétypes masculins sont toujours présents, avec une forte dominance pour le bûcheron, le rockeur et l’homme d’affaire New-Yorkais.

Le 100 % british

Des silhouettes au chic impeccable, tout droit sorties d’un roman d’Oscar Wilde ou d’une garnison napoléonienne, j’aime !

Il suffit de regarder ces sublimes manteaux, vestes sans manche et chemise au col relevé très haut sur la nuque…

Quant aux jeans taille basse, ils s’arrêtent légèrement au-dessus de la cheville, laissant voir des souliers aux détails rock.

Et la ceinture cloutée ?

Toujours la bienvenue.

De bien belles pièces de vêtements qui, si je les avais sous la main, ne m’empêchaient aucunement d’aller me pavaner downtown, à 30 degrés sous zéro.

Mais ce n’est pas le cas.

Le nouveau dandy

Après la déferlante de la série télévisée Mad Men, il était évident que le look dandy ’50 allait encore une fois être mis de l’avant.

La veste de costume est hyper cintrée, alors que le pantalon s’évase.

Un brin rétro.

Pour le soir, veston en velours noir et chaussures vernies semblent être la panoplie rêvée d’un nouveau dandy au coeur de rockeur.

Beaucoup de noir ainsi que des chaussures au bout pointu.

Mais en même temps, il faut se calmer.

Avant tout ça, il faut laisser passer l’été et ses tendances « english breakfast / j’adore les marinières » et garder le noir pour l’hiver prochain.

D’amour excentrique

Imaginez un homme d’affaires le jour qui, le soir venu, troquerait son costume trois-pièces pour un legging rouge et un blazer bleu marine.

Choc des cultures ?

Les références pop sont nombreuses, des couleurs aux imprimés Mickey ou Coca-Cola.

On nage en pleine chroma thérapie !

Sans oublier les pantalons qui prendraient presque des allures de sarouel.

J’adore, mais pour vivre incognito bien dans sa peau, on oublie ça !

Pour tout de suite : vite, mes joggings mous trois épaisseurs et mon chocolat chaud marshmallow.

Le bûcheron funkytown

Le mythe du pionnier est revu de façon un peu grunge, vêtu de cols roulés sous des blousons à empiècements cuir, des canadiennes.

Assurément le look que je préfère ; au diable la « frilosité » !

Le soir, on laisse tout de même tomber sa peau de vache pour enfiler de petites vestes scintillantes couleur champagne ou orangées.

Chaudes, les couleurs !

Idéalement, on se laissera pousser une barbe, touche finale de ce look vache-friendly.

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s