Lieu : ville de Québec.  Âge : 15 ans.  Je vivais à fond mon adolescence avec tout ce qui vient avec : pas grand-chose de positif.  La quête de soi, des autres, vouloir s’affirmer dans la micro-société qu’est l’école secondaire.  Pour des raisons obscures, j’ai souvent fait des choix assez marginaux lors de cette période, comme si ma volonté d’être unique était supérieure à celle d’être dans la gang, accepté, faisant partie de la masse.

En secondaire 3, je m’habillais de noir avec des relents post-punk / pré-emo, tout en cherchant à étancher ma soif de foi et de mysticisme en humant de l’encens.  Avec le recul, c’est weird, mais je me souviens qu’à l’époque j’avais l’intime sentiment d’être dans le real !  Chose certaine, j’aurais été un excellent personnage pour Chambres en ville 8.

C’est ça l’adolescence.  Essayer des trucs, faire des erreurs, tout en accordant une extrême importance à son apparence et à l’image qu’on projette.  Heureusement, avec l’âge, ces préoccupations diminues d’intensités.  Est-ce parce qu’on finit tous par se trouver ?  Peut-être.  Mais reste que depuis mon secondaire, je n’ai jamais senti de regards méprisants ou entendu de paroles désobligeantes en lien avec mon apparence.

À part peut-être cet imbroglio douteux survenu l’été dernier…  Souvenez-vous, l’épisode du douchebag

Et bien non, cette époque ne semble pas tout à fait terminée.  Est-ce parce que j’ai l’air plus jeune que mon âge, donc facilement attaquable sur mon apparence vestimentaire ?  Toujours est-il que j’ai une fois de plus été victime d' »apparence vestimentaire bashing » ce week-end.  Non, on ne m’a pas traité de douchebag (je porte dorénavant mes t-shirts Ed Hardy que pour aller au lit…), mais bien de son contraire idéologique : un hipster.

*fou rire dans la demeure*

Hipster, ce mot à la mode et galvaudé un peu partout dans les médias papier de l’heure semble être devenu la pire insulte qu’un trentenaire puisse dire à un de ses semblables.  Mais qu’est-ce réellement qu’un hipster ?  Grâce à mon ami Google, j’ai découvrir la chose dans le confort de mon appartement de Villeray (quartier hipster en puissance selon certaines sources…  Oops !) :

Les jeunes adultes hipsters s’intéressent à la culture et la mode non-mainstream, souvent en provenance des milieux indépendants anglo-saxons.  Cela comprend plus spécifiquement le rock indie, la musique alternative, les films d’auteurs, les tendances culturelles émergentes en technologie, de sites Internet et une bonne connaissance revendiquée de la langue de Shakespeare.  La particularité des hipsters est d’être considérés comme inclassables, malgré le fait qu’ils reprennent les codes de générations précédentes avec une touche rétro revendiquée.

Cette définition recueillie sur Wikipédia (pas très hipster comme site), m’a éclairé, mais en partie.  Le « hipsterisme » semble être beaucoup plus qu’un code vestimentaire, mais également des goûts culturels très précis.

Oui, j’ai peut-être un look quelque peu rétro et j’adore plugger des mots anglais lorsque je dialogue, mais j’ai aussi beaucoup aimé le film Funkytown et Katy Perry joue en boucle dans mon iPod.  C’est pas très hispter comme goûts culturels…

En résumé : get a life and leave Britney alone for God’s sake.

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s