Fatigué d’utiliser la technologie.

« N’avoir aucune attente. »  C’est difficile d’appliquer cette philosophie au quotidien.  « N’avoir aucune attente », qu’est-ce que ça veut dire ?  Être totalement blasé de tout ?  Vivre sans désir ?  S’appeler Pénélope McQuade ?

J’attends énormément de la vie.  Peut-être trop.  Au moins j’ai le sentiment d’être 100% carpe diem with benefits.

Vendredi soir dernier, je n’avais aucune attente en me rendant au spectacle que Milow présentait au National.  J’étais à la limite échaudé, non pas par le chanteur belge, mais par une semaine affreuse qui semblait vouloir s’acharner sur mon humeur en m’offrant, en guide de conclusion, un orage électrique au-dessus de ma tête.

Je ne peux pas vivre avec les CHEVEUX PLATS !!!  Je suis comme un chat à qui on aurait volé sa dignité en lui coupant le poil un tantinet trop court.  Autant me cacher sous un char !

Carpe diem, Antoine…

Bon d’accord.

Milow, je ne le connaissais pas plus qu’il faut.  En fait, je l’avais plutôt identifié comme principale trame sonore de la voiture d’une amie, fan au possible.  You Don’t Know, Ayo Technology, Canada, toutes ses chansons avaient, pour moi, un petit goût de passager de droite sur l’autoroute Décarie en période de canicule.

Après une première partie honnête (Dawes), et une seconde plutôt irritante (Brett Dennen, kessé ça ?), Milow est apparu seul avec sa guitare, dans un éclairage épuré, entonnant les premières lignes de I Ain’t Scared.

I ain’t scared of television
I ain’t scared of North Korea
I ain’t scared of being poor
I ain’t scared of Lady Gaga

Le ton était donné : le show sera intense et humain.

Avec l’aide de ses trois musiciens, l’artiste a su créer une atmosphère, intime par moments et d’autres totalement électrisants.  Comme lorsqu’il a sauté dans la foule pour danser avec elle sur Ayo Technology, une surprise à laquelle je ne m’attendais pas, moi qui était à… 12 cm de son nez pointu.

Après le spectacle, Milow est venu à l’entrée placoter avec les spectateurs, un geste que je trouve « ben blood », mais qui ne m’attire pas plus qu’il le faut. J’ai même plutôt tendance à éviter ce genre d’épanchements avec des artistes que j’apprécie.  Pourquoi ?  La peur qu’ils pètent ma bulle, peut-être…  Je me suis déjà caché de Céline Dion pendant une heure de temps lorsque je travaillais pour Star Académie en 2009.  Le destin voulait que je partage la même salle de maquillage que la diva.  J’en ai décidé autrement.

À la sortie du show, deux filles m’ont demandé si j’avais aimé le concert.

– Oui, c’était franchement incroyable.
– Ah…  Nous, on n’a pas aimé.
– Comment ça ?
– On est allé le voir après le show et il buvait une Molson Dry.
– Et… ?
– Je lui ai demandé s’il aimait sa bière.  Il m’a répondu qu’elle était « correcte ».
– …
– Tsé, c’est chien !  C’est une bière québécoise !!!  Je suis full déçue de lui…

J’imagine que pour un belge, la Molson Dry doit vraiment goûter la pisse de chat !  …  Quoique même pour un québécois…  Je n’offrirais ça à personne, pas même à mon enfant !

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s