Pêcher le goberge à l’aide d’un filet.

Irène nous a donné une sacrée bonne frousse la semaine dernière.  Rien de comparable à ce que les new-yorkais ont vécu, loin de là.  Mais l’ouragan devenu tempête a tout de même fait tomber quelques arbres du côté de Montréal, tout en produisant plusieurs clapotis dans le canal Lachine.

En ce moment, c’est Lee qui nous harcèle.  Beaucoup moins agressive que sa grande soeur Irène, elle nous garantit quand même de bonnes précipitations lors des prochains jours.

*Vous êtes toujours à MétéoMédia, de retour après les indices pollen.*

La pluie ne m’a pas empêché d’aller prendre une marche au Vieux Port.  Le grand air, les bateaux, les capitaines de bateaux…  Parfois je me demande ce qui me retient d’acquérir un ponton et d’y élire domicile fixe.

C’était au beau milieu de cette réflexion que j’ai aperçu, sur le bord de la rive, une silhouette se dessiner tranquillement.  Était-ce la tempête Lee ayant décidé de se matérialiser en une forme humaine ?  Était-ce une sirène attirée par l’exotisme du bassin Jacques-Cartier ?  Et non, c’était bel et bien Mel C, l’ex-Spice Girl.

– Allô Mel C !
– Hi guy !
– Kesse tu fais là ?
– Je viens lancer mon nouvel album intitulé The Sea !  En voilà une copie.
– Wow…
– Elle est un peu mouillée, mais check, le livret sent le sel marin.

Melanie C était reconnue comme la Spice Girl pouvant chanter sans l’aide de l’Auto-Tune.  Voilà peut-être la raison pour laquelle c’est la seule de son quintette à encore enregistrer des disques dix ans après la séparation du célèbre girls band anglais.

Après une absence discographique de quatre ans, Melanie C est retournée à la mer et nous a pêché de toutes nouvelles espèces de poissons qu’elle a inclus dans son nouvel album.  The Sea est un disque vaste, varié comme toutes les créatures marines qui peuplent l’océan.

Trêve de métaphores aquatiques douteuses.

Dès que le rideau se lève sur la pièce éponyme, nous avons l’agréable sentiment que ce The Sea pourrait être un disque pop bien produit et très inventif.  Sa mélodie en mineur accompagnée d’un tambour dramatique en fait un des plus poignants moments du disque.  Par la suite, ça semble aller dans tous les sens.  De la pop dance (Think About It),  de l’electrobeat eighties (Stupid Game), du rock radio FM (All About You), un huit minutes digne d’une composition de rock progressif (Enemy)…  Bref, un disque varié, mais cohérent.  Une qualité bien importante dans le monde de la pop.

Commercialement parlant, c’est un peu plus compliqué.  Aucun titre ne sort véritablement de ce lot de fruits de mer.  Think About It, le premier extrait, est efficace, mais je doute qu’il puisse rivaliser dans le Top 10 mondial actuel.  Rock Me, la chanson thème de la coupe du monde FIFA 2011 aurait pu être une excellente locomotive promotionnelle à l’album, mais une décision de dernière minute fait qu’elle n’a pas été incluse sur la galette.  Drôle d’idée quand même…

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s