Viva Mylo Xyloto‎ !

Aujourd’hui, je vous propose un petit retour en arrière.

Le 22 août dernier, je délirais dans un billet, Le conte de la forêt verte, à propos d’un week-end de camping assez périlleux, mais dont j’étais tout de même sorti indemne.

Alors que je fixais stoïquement un immense feu de camp, j’écoutais les conversations avoisinantes.  L’une d’elles m’intéressait particulièrement.  Le sujet ?  Quel artiste musical majeur a marqué de son art la dernière décennie.

À ce moment, je n’avais pas participé à la conversation et pourtant.  J’adore ces discussions sur la musique, ces échanges sur la perception de la culture, le tout saupoudré de goûts et opinions personnels…  Je me souviens très bien qu’à ce moment, un nom clignait dans ma tête : Coldplay.

Groupe de rock britannique formé à Londres en 1998, Coldplay est sans contredit un des succès commerciaux du nouveau millénaire avec plus de 50 millions d’albums vendus.  Ils ont plutôt bien réussi à conjuguer succès critique et commercial avec leurs quatre premiers albums.

La semaine dernière sortait leur cinquième effort, Mylo Xyloto, un album à la croisée des chemins, entre l’acoustique et une vision pop dance électro.  Avec cette nouvelle galette au titre hautement énigmatique, conserveront-ils leur titre de groupe phare lors de cette deuxième décennie du 21e siècle ?

L’envie d’évoluer est là, au risque de perdre certains adeptes.  Enrobage sucré mêlant dance synthétisé et pop acidulée, loin de leur succès passé, Mylo Xyloto n’est donc pas un retour aux sources, mais la suite logique de Viva La Vida, leur dernier opus.  Un album concept, un voyage de 44 minutes qui nous transmet toute une gamme d’émotion.  Il y a de l’espoir dans l’air ; une plongée au coeur de l’Homme témoin.  L’observateur réalise, rêve, a peur, mais espère. L’indignation comme une contagion, un réveil des générations, voir au-delà pour se sentir libre et vivant…

Mylo Xyloto est une collection d’ambiances aux effets électro et à la guitare enflée.  Définitivement l’album le plus pop de Coldplay.  Les fans de Parachutes vont tomber de haut, ceux de Viva La Vida continueront la célébration.

Aucun manqué n’est à dénombrer puisque les quatorze pistes s’écoutent aisément, tel un ensemble : le puissant Major Minus, le grandiloquent Paradise ainsi que l’accrocheur Hurts like Heaven présentent de bien belles choses. Notons également l’intéressant Charlie Brown et le très électronique et presque R’n’B Princess Of China en duo avec Rihanna qui offre une expérience nouvelle au groupe, quoiqu’un poil trop radio friendly et, finalement, peu originale.

Alors, comment s’annonce cette nouvelle décennie pour Coldplay ? Commercialement parlant, ça va toujours bien.  L’album est présentement numéro 1 dans la plupart des classements mondiaux.  Pour ce qui est des critiques, elles sont un peu plus mitigées.

L’avenir nous dira ce qui restera de ce Mylo Xyloto dans quelques années.  En attendant, ne boudons pas notre plaisir.  Auditivement, mais aussi visuellement. Le clip de la chanson Paradise est un des plus beaux et émouvants qu’il m’a été donné de voir cette année.  Chapeau !

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s