Ma dernière année a été assez surnaturelle.  Télé-visuellement parlant, on s’entend.  J’ai été à fond dans les histoires de vampires avec True Blood, j’ai flirté solide avec les zombies de The Walking Dead…  Et même si elle s’est terminée en 2005, j’aime bien de temps à autre regarder un épisode random de Six Feet Under.

En analysant mes goûts en matière de télé, on peut observer quelques constantes : des morts par centaines et du sang en quantité de type « vari-baril » !

Finalement, ça va pas ben pantoute.

Mode psychanalyse ON

Est-ce que, en écoutant ces émissions, je ne tenterais pas plutôt de canaliser le douloureux chagrin qui m’a assailli à la mort de mon poisson rouge prénommé Varicelle un soir d’octobre 1988 ?  Je revois encore son corps, tordu en forme de « U », flottant à la surface de son bocal…

MAMAAAAAN !!!

Mode psychanalyse OFF

Non.  J’aime ça, c’est tout.

La prochaine série sur ma liste était Dexter, une histoire de tueur en série.  Seulement, je n’étais pas sûr d’avoir le goût d’un truc gore.  Je feelais davantage pour un drama smooth de type « chocolat chaud et vêtements mous ».  J’ai donc sauté par-dessus Dexter et suis allé au deuxième point de ma liste, Brothers And Sisters.

On m’en avait dit énormément de bien, mais bon…  Je croyais que ce n’était qu’une pâle copie de Six Feet Under.  Vrai, la base de la structure narrative est assez semblable, mais nous sommes carrément ailleurs.

Tout commence le jour où le patriarche de la famille Walker meurt subitement d’une crise cardiaque, laissant derrière lui sa femme, ses enfants et sa maîtresse.  Nous suivons donc la vie de chacun des membres de cette famille où oscille joie, peine, coups de coeurs et coups de gueules.

Une des forces de la série est ce savoureux mélange entre drame et comédie.  On passe du rire aux larmes avec cet agréable sentiment de faire partie intégrante de cette famille si singulière.  Chaque personnage est attachant à sa manière.  Le casting est quatre étoiles !

Ici, pas de discours religieux, pas de leçon de morale et surtout pas de caricatures !  Tous les personnages sont typés, mais on se tient loin des clichés.  Un des fils de la famille est gay ?  Ses aventures amoureuses sont traitées sur le même plan que celles de ses frères et soeurs.  Une des filles est républicaine ?  La série aborde avec brio les thèmes du 11 septembre et de la guerre en Irak.  Elle propose même un débat d’idées entre républicains et démocrates.  Là non plus pas de propagande, seulement une peinture fidèle de l’Amérique avec ses qualités et ses défauts.

Sur ABC, la série réunissait chaque semaine une moyenne de plus de cinq millions de téléspectateurs.  Cependant, ce n’était pas assez pour les patrons de la chaîne américaine qui, en mai dernier, ont tout simplement décidé d’annuler la série.  Brothers And Sisters a été remplacée par Pan Am, la nouvelle série rétro mettant en vedette Karine Vanasse et dont les cotes d’écoute ressemblent drôlement aux mésaventures du commandant Piché…

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s