Samedi dernier, je me suis volontairement enfermé à double tour dans une salle de montage.  J’avais besoin de travailler, d’avancer mes projets sans être dérangé par le monde extérieur.  C’est qu’il est maintenant difficile de rester concentré avec toutes les stimulations qui nous entourent sans cesse.

Vers 20h, j’ai pogné un petit down.  Mes ralentis ne donnaient pas vraiment l’effet escompté…  Un peu las, j’ai été tenté de remonter à la surface, de retrouver la civilisation urbaine, seulement quelques secondes…  Mon téléphone était sur là, sur la table, essayant de me séduire avec ses nombreuses apps et sa connexion Wi-Fi.

Je l’entendais m’appeler de sa voix douce, un peu rauque…  (Oui, mon téléphone a une voix de France Castel.)

Hellôôô…  Viens toucher mon écran, tu vas aimer ça…  J’ai INSTAGRAM !!!

L’idée de prendre en photo le clavier d’ordinateur et d’y mettre un filtre vintage donnant l’impression qu’elle a été prise en 1954 m’a séduit.  J’ai donc succombé et j’ai ouvert mon téléphone.

Poussé par un instinct, une force mystique, ou tout simplement parce que ma mémoire à court terme défaillante m’a fait oublier pourquoi j’avais mon téléphone dans les mains, je me suis garroché sur Twitter.

Tsé, quand tu t’attends à rien.  Là, partout, le même et unique tweet :

Whitney Houston found dead at age 48. #RIPWhitneyHouston

Ça sentait le canular à plein nez.  Pour valider ces sources, je me suis illico dirigé sur mon Facebook.  Là, je n’avais aucune notification particulière.  Par contre, dans mon news feed, un sujet : Whitney Houston était bel et bien morte.

Quelques contacts avaient déjà placé le visage de la dite chanteuse en guise de photo de profil.  Les statuts allaient d’un hommage à l’autre.  Du très senti, au limite pathos, mais toujours 100% divertissant.  En voici un best of.

Whitney, ça fait quelques heures que tu nous as quittés et tu me manques déjà trop.  Je suis incapable d’arrêter de pleurer.

C’est quand même étrange la mort…  Pourquoi les vedettes meurent-elles ?

Personne n’a le droit de pleurer Whitney.  Personne n’était là pour elle depuis 10 ans, sauf peut-être les gays.

Je préparerais une vidéo hommage.  Mais j’n’ai pas le temps, faut que je fasse le souper.

Go habs go !!  On a peut-être perdu Whitney, mais pas question de perdre la game.

Bouleversé par cette effroyable nouvelle (pas tant), j’ai quitté la salle de montage, je suis retourné chez moi et je me suis commandé du St-Hubert.  La bouche remplie de poulet et de sauce brune, j’ai passé la soirée à regarder des vidéos de feu Whitney sur YouTube, tout en alternant avec la lecture d’articles trash trouvés sur TMZ ou sa décente aux enfers était analysée AVEC DES PHOTOS.

Jamais je n’ai pensé ouvrir la télévision pour avoir de l’information supplémentaire.  Maintenant, c’est sur les réseaux sociaux que je m’informe.  Et je ne crois pas être le seul.  Cette constatation est plutôt intéressante.

Et même si Denis Lévesque analyse comment la diva s’est pété la face dans son bain, moi je reste sur mon news feed.

Publicités

2 réflexions sur “Deuil 2.0

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s