Fragmentation

J’ai toujours associé le fait de vieillir avec l’équilibre, la sagesse, la plénitude…  Il n’en est rien.  Plus les années passent et plus je me découvre un comportement social étrange.  Je ne suis pas bien en groupe et la gêne me rend dyslexique.  Lorsqu’il y a plus de six personnes, je ne parle pas.  Donc les gens me trouvent bête, ça me rend triste et je bégaie.

En résumé, je suis en train de devenir un véritable FREAK !

Ce week-end avait lieu la grande marche du 22 avril pour le « bien commun », entre autre.  Avec toute la motivation du monde, je me suis rendu au point de départ de cette manifestation pacifiste, me sentant totalement dans le coup et en harmonie avec mon « devoir citoyen ».  En arrivant au Quartier des spectacles, j’ai paniqué.

– T’avais perdu ton cell ?
– Non.
– Tes clés ?
– Nope.
– Ta dignité ?
– Pas encore.

J’AI PEUR DES FOULES !!!  Et du monde, y’en avait un paquet.

En résumé, j’ai choké BEN RAIDE.  Sans trop savoir pourquoi, j’ai fui.

J’ai marché, marché, marché comme si demain n’existait pas.  (Demain = lundi = YARK !)  Je me suis arrêté devant le Musée des Beaux-Arts de Montréal.  Me sentant l’âme artiste, j’ai voulu prendre un Instagram de la façade de l’immeuble, mais j’ai plutôt opté pour un cliché de mon café NON FAT latté.

Qu’est-ce qu’on voit au MBAM en ce moment ?  Des affaires complexes.

Depuis le 18 avril se tient la Biennale internationale d’art numérique.  Montréal est apparemment la capitale des arts numériques en Amérique.  La ville se devait donc d’avoir un évènement régulier pour le souligner.  C’est chose faite et la biennale en est à sa toute première édition.

Sous le thème Phénomènes, les oeuvres exposées renvoient à l’aspect mystique du développement numérique.

… m’a lancé le guichetier, ma foi, très emballé.

C’est un phénomène particulier.  On vit une vraie révolution.

Bon, une autre révolution.  Le printemps québécois est déjà entré dans les salles du musée ?  À moins qu’il en soit sorti…

Maintenant, qu’est-ce que l’art numérique ?  Un pamphlet recueilli à l’accueil m’a informé qu’il s’agit d’un art faisant appel à toutes les disciplines, mais ayant ses propres spécificités, son propre langage.  …  Dans la catégorie des définitions pas claires, ce pamphlet remporte la palme.

Dans le carré d’art contemporain du MBAM, on y présente actuellement Fragmentation, une installation née de l’adaptation du spectacle Lipsynch, mis en scène par Robert Lepage, pour le ReACTOR.

Fragmentation, c’est la réunion d’un contenant technologique et d’un contenu artistique.  La technologie, c’est le ReACTOR, projecteur formé de six écrans placés en hexagone sur 360 degrés et développé par la Société des arts technologiques.

J’avoue avoir été un peu perdu dans cette installation…  Bien qu’elle soit franchement impressionnante.  Ceci dit, cette exposition est à voir, surtout si vous vous cherchez à tout prix une occasion d’être totalement dans le coup !

La Biennale internationale d’art numérique est l’occasion de découvrir des univers artistiques hybrides.  Du 18 avril au 13 juin, elle se déroule un peu partout, notamment dans des musées, des galeries et des centres d’artistes.

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s