Suis-je un douchebag ?  Je l’ai déjà été sans le vouloir, mais je suis maintenant passé à autre chose…

Suis-je un hipster ?  Paraîtrait que oui, mais sans « effluves odorantes » ou autre négligence corporelle savamment étudiée.

Suis-je un geek ?  Le bébelles techno m’intéressent et je porte des lunettes.  Par contre, essaye pas de me faire écouter les deux trilogies Star Wars.  Je vais faire des plaques.

Une chose est sûre cependant, je commence à devenir définitivement accro à Twitter !

Je twitte pas tant que ça et j’avoue ne pas bien savoir comment résumer ma vie en 140 caractères.  Cependant, j’adore lire ma tweet list, les hashtags tendances…  Ce week-end, j’ai véritablement passé le nez collé sur l’écran de mon téléphone intelligent.

– Bon ben y’a pas de doute, t’es un datasexuel.
– Un data…  Pardon ?
– Datasexuel.  Et t’as une tache de moutarde su’l menton.  Just sayin’.

Je ne sais pas pour vous, mais il me semble que la vitesse à laquelle on me colle des étiquettes est exponentielle.  Je commençais tout doucement à me faire à l’idée qu’être fermier urbain avait ses avantages.  (Comme avoir d’importants rabais sur la collection de poêlons de Ricardo !)  Être datasexuel, vraiment, je m’y perds.  Tiens, je vais twitter à ce sujet.

Paraîtrait que je suis datasexuel. Aucune idée de ce que c’est. #LaPuissanceRègneDansMonPantalon

L’esprit du temps qui a fait émerger le métrosexuel, l’homme urbain obsédé par son style et son apparence physique, est en train de donner naissance à son équivalent numérique : le datasexuel.  Plus narcissique que le métrosexuel, plus connecté que le hipster et plus cool que le geek, le datasexuel fait tout doucement son entrée dans le lexique urbain.

I’m checking in au Gala Artis. Je viens tellement de me faire photographier par HollywoodPQ. #JaiLesChevillesEnflées

Les datasexuels seraient une espèce en voie de multiplication : très soucieux de leur e-réputation, ils partagent allègrement leurs informations personnelles sur les réseaux sociaux et autres espaces Web 2.0.  Ils estiment que cette abondance de données personnelles fait d’eux quelqu’un de sexy, d’enviable.

En plein coeur de la 97e manif nocturne, je viens d’allumer un feu avec mes jeans Point Zero. #AppelezMoiLeCheDeVilleray

Le datasexuel est continuellement connecté et il enregistre obsessionnellement tous les aspects de sa vie.  Bon, j’avoue que ça peut ressembler aux habitudes de n’importe quel geek qui se respecte, mais la grosse différence vient du fait que le datasexuel pense que ses données sont sexées.  Sa vie, du point de vue des données, est parfaitement stylée.

Voici mon dernier billet d’humeur sur un sujet chaud d’actualité. #MonOpinionEstLaVérité #Boner

L’ère du datasexuel pénètre aujourd’hui la sphère du mainstream, du grand public.  Nous utiliserons prochainement, et de façon très anodine, nombre d’appareils et d’applications hyper vigilantes, et partageront nos informations personnelles, parfois même sans le savoir, avec notre entourage, voire avec de parfaits inconnus.  Pourquoi le ferons-nous ?  Parce que nous trouverons cela simple, convivial, utile, cool, et extraordinairement sexy…  Pour afficher aux autres nos performances sportives, nutritives, professionnelles, culinaires, artistiques, etc.

Je viens de marcher dans de la marde de chien. #XavierDolanMeTrouveVraimentFunné

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s