S’installer.

J’ai emménagé à Montréal en plein été.  Ne connaissant personne et la rentrée scolaire n’ayant lieu qu’un mois plus tard, je ne savais pas trop quoi faire de mon corps.  Après m’être intoxiqué alimentairement avec l’aide d’un poulet BBQ avarié, j’ai cru bon de sortir à l’extérieur de mon HLM, voir de quel bois ma ville adoptive se chauffait en pleine saison estivale.

C’est le dimanche que ça se passe, aux Tam-Tams du carré Montréal !

… m’a alors dit un vieil homme à la chevelure golden.

Chacun a ses références personnelles, mais encore aujourd’hui, lorsqu’on me parle de « carré », je me dirige automatiquement au Square Berri.  Ainsi, c’est en discutant de la télé série Chambres en ville avec une itinérante que j’ai pris mon premier bain de soleil montréalais.  Inutile de préciser que le tout s’est déroulé dans une ambiance de deals de drogue abondants et que c’était tam-tam free.

Quelques années plus tard, j’ai trouvé le fameux spot à tam-tams sur le Mont-Royal.  Le rythme tribal, l’odeur de pot…  Finalement, j’ai ben hais ça.

Stuck up.

Après avoir été teasé grave par sa voix grâce à un featuring dans le tube Somebody That I Used To Know de Gotye, j’ai enfin pu mettre la main sur le premier album de la chanteuse Kimbra, Vows, disponible aux nord-américains depuis quelques semaines.  Kimbra est une jeune néo-zélandaise de 23 ans et dont vous ne pourrez pas rester insensible.

Surprise, Kimbra est à mille lieues de la pop branchée du tube qui l’a fait découvrir.  Originalement lancé en août 2011 en Australie, Vows est une vibrante déclaration d’amour de la chanteuse à la pop jazzy et teintée de soul qui avait cours dans les années 80.  Les fantaisies vocales de Kimbra évoquent parfois Björk, alors que sa mâchoire nous rappelle plutôt Natasha St-Pier.  Tout comme Gotye, Kimbra ne se gêne pas pour superposer plusieurs influences sur sa pop, ce qui donne des résultats éclectiques et lumineux.  Le single Settle Down est un morceau aux ponts multiples et reposant sur des choeurs et des mélanges d’harmonies vocales.  Sur Warrior, elle fait équipe avec Mark Foster et A-Trak pour nous donner la piste dancefloor de l’album, aussi présentement utilisée dans les campagnes publicitaires des espadrilles Converse.

Vows est un album atypique et très intéressant.

Ouain…  Mais pourquoi tu nous as raconté ta vie en début de texte ?  Ça n’a aucun lien avec Kimbra.

Vrai.  Mais en écoutant son disque, j’ai ressenti le profond désir de me rendre aux prochains Tam-Tams du Mont-Royal pour y danser sur le rythme de ses chansons.  Son groove et ses beats box sont extrêmement contagieux et je ne veux plus vivre cela tout seul.

Allez !  Achetez son album Vows et venez avec moi aux Tam-Tams dimanche prochain.  Munissez-vous de votre iPod et d’une bonne paire d’écouteurs.  Nous serons probablement stones par l’odeur du weed ambiant, mais au moins nous n’aurons pas à nous taper le manque flagrant de rythmique des apprentis frappeurs de peaux.

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s