Une autre édition des FrancoFolies de Montréal se termine sans que j’aie assisté à un seul spectacle.  Pourtant, ce n’est pas les choix intéressants qui manquaient : Pierre Lapointe, Chinatown, Diane Tell, Lisa Leblanc, Malajube…  De la musique francophone de qualité et le tout absolutely free.  Je me sens poche d’avoir manqué tout ça.

– T’encourages pas ben ben le talent d’ici j’trouve…
– Faux, je soutiens à fond les artistes québécois.
– Tu blogues toujours sur des bimbos provenant des UK.
– Il y a deux semaines, je suis allé voir Star Académie au Centre Bell.
– …

Vendredi soir, j’aurais pu me rendre à la place des Festivals, casserole à la main, afin d’assister au show de Loco Locass.  Mais grâce à Star Académie, j’ai malheureusement atteint mon quota de Biz pour l’année.

J’ai plutôt décidé d’assister au spectacle des Denis Drolet présenté au Gesù : Comme du monde.

(Écrit de même, j’ai l’air du gars qui est allé au show sur un coup de tête.  Mais en vérité, ça faisait un méchant boutte que j’avais mes billets.  J’étais excité rare, du type « y’a deux gouttes de pipi dans mon boxer tubulaire ».)

Excité, oui.  Énervé, aussi.  Anxieux, peut-être un peu.  Si l’on exclut leur best of anniversaire d’il y a deux ans, je n’avais pas vu les Denis sur scène depuis six ans.  Et comme je garde des souvenirs assez flous de ces Droletteries, situation causée par l’absence de DVD retraçant ledit spectacle, je me suis laissé influencer par les ouï-dires des journaux de basse-cour.

« Les Denis Drolet se sont assagis. »
« Les humoristes absurdes parlent désormais de sujets plus terre à terre. »
« Le duo brun porte maintenant des justaucorps beiges métallique. »

Avons-nous vraiment besoin de deux Mario Jean réunis sur la même scène pour nous parler des difficultés à obtenir une magnifique pelouse sans pissenlit dans la banlieue de Sainte-Julie ?

Oui, les deux humoristes s’efforcent de proposer un spectacle comme du monde.  Heureusement, le tout va joyeusement dégénérer.

Cette troisième création des Denis Drolet se déroule dans une toute nouvelle maison décorée à la Mariette Clermont style.  Ils délaissent les thèmes absurdes pour se questionner sur l’identité de leur père, leur propre capacité à s’occuper d’un enfant, vieillir, mourir…  Des thèmes classiques, mais abordés dans un angle totalement inédit.

Sébastien Dubé et Vincent Léonard s’avèrent être des comédiens de haut niveau et maîtrisent mieux que jamais le rythme de leur mécanique comique.  Voilà pourquoi le sketch des « retrouvailles » fonctionne si bien même s’il ne provoque aucun rire gras.

Comme du monde est un spectacle brillant d’un duo d’humoristes au sommet de leur art.  Après plus de dix ans de métier, ils ont prouvé que leur style déjanté pouvait être un gage de longévité.

Si les Denis Drolet ne s’attirent pas de nouveaux adeptes avec ce spectacle plus « accessible », ils viennent définitivement de consolider leur base de fans fidèles en augmentant le contenu de leur humour tout en renouvelant son contenant.

Espérons que cette fois, il y aura un DVD…

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s