Les temps libres se font rares ces jours-ci.  Quelle idée j’ai eu d’accepter de remplacer Monseigneur Turcotte, parti à la conquête du Vatican dans le but de remplacer notre bon Benoît XVI…

Les pots de vin, c’est mal.  D’autant plus que je vais certainement terminer mon année à la Commission Charbonneau, répétant à qui veut bien l’entendre que je ne me souviens de rien.  Le pire, c’est que ce sera probablement la vérité.  J’ai une mémoire à long terme défaillante.  La preuve, je n’ai aucune idée de ce que je faisais le 6 février dernier, à 20h47.  Probablement une recette de poulet tandoori, mais rien n’est moins sûr.

Les temps libres se font rares ces jours-ci.  J’ai donc été totalement déstabilisé en me retrouvant quatre heures sans aucun travail ou compte à rendre à qui que ce soit.  Que du temps pour moi.

DU TEMPS !!!

Cette perspective de liberté m’a cependant quelque peu déstabilisé.  Comme elle se fait rare, autant l’utiliser à bon escient et faire une activité que j’ai négligée depuis trop longtemps.

Aller au gym ?

No.

Appeler Jenny ?

Nope.

Pourchasser Mahée Paiement dans les allées du Old Navy ?

Niet.

Les 31es Rendez-vous du cinéma québécois se déroulent actuellement.  J’ai donc décidé d’aller voir le film qui y était présenté en ouverture, mais une semaine plus tard, en après-midi, dans une salle vide.

Roche papier ciseaux, c’est un jeu.  Mais c’est également le titre du premier long métrage de Yan Lanouette Turgeon mettant en vedette le on-ne-peut-plus-ténébreux Roy Dupuis, Roger Léger ainsi que Samian, un jeune rappeur de talent.

Une roche, du papier, des ciseaux…  Trois destins incarnés par trois hommes aux âges et aux trajectoires de vie bien différentes, mais guidés par une même espérance.

Tout d’abord, il y a Boucane, un jeune autochtone quittant sa réserve de la Baie-James pour aller s’installer à Montréal avec des rêves plein la tête.  En chemin, il rencontre un ancien caïd qui s’affaire dorénavant à de la petite combine…  On suit également l’histoire touchante de Lorenzo, un vieil Italien qui vit avec sa femme mourante et qui aimerait bien retourner au pays de ses origines.  Puis Vincent, un médecin radié qui travaille en sous-main pour la pègre chinoise.  Il n’en peut plus, mais on ne quitte pas la mafia sans mettre sa vie en péril…  Les trois personnages se retrouvent intimement liés et lors d’une éclipse lunaire, leur existence va radicalement changer.

Plongé au coeur du crime organisé de Montréal, ce film difficile à classer vacille entre le polar et le film de gangsters avec un ton volontairement décalé et un humour qui désamorce certaines situations dramatiques.

Et ça marche.  Il s’inspire également de l’esthétique des westerns, qui mise sur les regards et les silences pour maintenir la tension du film avec beaucoup de bonheur.

De belles performances d’acteurs, mais quelques changements de ton un peu trop rapides…

Roche papier ciseaux est un film à voir, que vous ayez deux heures, deux jours, ou toute une vie de libre devant vous.

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s