Discussion au sommet ce week-end à propos de souliers.

C’était lors d’une soirée improvisée où tout est permis : manger du brie fondant high fat saupoudré de cassonade, faire de l’action painting au son de chansons « made in Brooklyn », improviser une chandelle dans un spa…

Ce genre-là.

Toujours dans le but de me remettre en forme et sortir de mes habitudes d’employé de bureau fraîchement défroqué, je me suis inscrit (une nouvelle fois) au gym.  Pour l’instant, ça se résume surtout à des cours de step où je tente de garder l’équilibre, et ma dignité, avec une gang de cinquantenaires qui ont visiblement le total contrôle de leur coordination.

Une amie m’a proposé d’essayer le tennis…

La perspective de pratiquer ce sport m’enchante, surtout à l’idée de pouvoir frapper des balles en poussant de longs cris rauque ou gras, selon le feeling du moment.  Mais pour l’instant, ce projet reste à l’état de petit foetus qui veut vivre…

Donc, discussion au sommet ce week-end à propos de souliers.

Selon certaines hautes placées de la gent féminine, les souliers seraient la première chose qu’elles remarquent chez un homme.  S’ils sont beaux, ont de la classe et qu’ils proviennent de la griffe d’un designer célèbre, ces mesdames risquent probablement d’être en présence d’un géniteur ANGUS.

Chez les gars, cette règle ne semble pas trop s’appliquer.  (Surtout pour le boutte « ANGUS » !)

Perso, je n’en ai aucune idée.  Mais comme je manque de focus et que ma concentration fait défaut en moment de stress, je remarque uniquement les souliers des cinquantenaires sur qui je tombe lorsque je rate l’obscur mouvement de step intitulé « baby mambo chacha voyage autour du monde ».

Ce soir-là, je portais des Adidas.  La perception s’évaporant de moi laisserait croire que je suis un athlète de haut niveau qui, après avoir longtemps hésité à participer au tour de France, a plutôt décidé de rester au Québec et parfaire ses skills d’attaquant pour la prochaine coupe du monde de Soccer où je représenterai, contre toutes attentes, le Venezuela.

Discussion hautement alcoolisée ce week-end à propos de souliers.

En rentrant chez moi à dos de Bixi, ma célèbre concentration dissipée m’a amené à me concentrer davantage à des équations d’algèbre que sur la ligne de piste cyclable.  À ce moment précis, tout s’éclaira :

Tennis + Adidas = Stand Smith

Pour débuter ma nouvelle vie de joueur de tennis pousseur de cris, ça me prend une nouvelle paire d’Adidas.  Et comme le destin fait bien les choses, les célèbres Stand Smith (qui avaient volontairement été mis back order par la compagnie) s’offriront sous peu un comeback des plus éclatant !

La marque aux trois bandes annonce le retour de sa mythique chaussure de tennis, la Stan Smith.  Elle sera disponible en séries limitées dans les magasins Adidas dès l’automne 2013.

Une discussion au sommet à propos des souliers qui m’aura finalement donné une raison valable d’utiliser l’algèbre dans mon quotidien.

Un compte rendu détaillé de ma future carrière de tennisman vous sera offert sur ce blogue d’ici quelques mois.

Publicités

2 réflexions sur “Le miracle de l’algèbre.

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s