Il y a 30 ou même 40 ans, il vous suffisait de fumer du pot en gang et pratiquer le sexe sans wetsuit pour être considéré comme « cool ».  Aujourd’hui, pour être dans le vent, il faut courir.

Facque, je me suis inscrit à un marathon de 5 km : le Color Run.

Samedi dernier, j’ai joggé ma vie sur l’île Sainte-Hélène en me faisant pitcher de la poudre de couleur au visage, le tout sous les regards hilares de badauds prenant des photos afin de garnir leur compte Instagram.

C’était le pied.  Je me suis senti vivant, en santé, et dans le vent !

Comme la course débutait à 9h, on s’entend que j’ai commencé à boire du mousseux à l’heure du lunch.  En début de soirée, j’étais pompette pas à peu près pour assister à une soirée de projection du Mascara And Popcorn, un festival de courts métrages d’horreur…

Parmi les gothiques et autres personnages déguisés en zombies, je faisais tache avec ma face encore beurrée par la dirty course, mon habillement digne d’un pot de fleurs et mon sourire de gars « en boisson ».

MAIS WHO CARES ?!?

Je ne suis pas un fin connaisseur en matière de films d’horreur.  J’ai beaucoup de difficulté à différencier Chucky et Tranches de vie.  Dans les deux cas, c’est de la torture intellectuelle qui me donne à tout coup l’envie d’en finir dans ma salle de bain.

Le Mascara And Popcorn Film Festival en était à sa 4e édition.  (Je parle au passé, parce que c’est fini.)

Dès le départ, un constat s’impose :  plusieurs réalisateurs semblent négliger le scénario au profit d’images dégoûtantes et à la technique parfois douteuse.  Deuxième constat : s’endormir pendant une projection de film est vraiment un signe qu’il est temps de te calmer sur la buvette.

Voici trois films que j’ai bien appréciés.  Pour leur originalité, leur esthétique, mais surtout parce qu’ils s’éloignaient des clichés de type « y’a un mort caché derrière mon rideau de douche, et IL VEUT ME FAIRE LA PEAU » !  (… Ou l’amour, c’est selon.)

Dragonfly Massacre

Un garçon au prénom italien revient à Montréal après avoir reçu une intrigante lettre de sa soeur, victime de phénomènes étranges.

Une esthétique 70’s irréprochable et un travail sonore minutieux sont les principales qualités de ce film réalisé par Jeff Bourbeau.  Comme on m’y voit déguster une framboise pendant environ 15 secondes, je vais arrêter les louanges ici, conflit d’intérêts oblige.

Attack Of The Brainsucker

Une petite fille, belle comme un coeur, semble avoir des difficultés à différencier ses rêves de la réalité.  Mais lorsqu’elle commence à péter des câbles avec des objets contondants, ses parents décident de prendre les grands moyens pour régler ce fâcheux problème.

Une réalisation digne d’Hollywood qui a malheureusement été interrompue pour cause de « fichier vidéo corrompu ».  No joke.

Starring Us 2 And The Egg

Deux dynamiques scénaristes tentent de convaincre un producteur de financer leur prochain film les mettant en vedette, ainsi qu’un oeuf cuit dur.

Sérieux, c’est ça l’histoire.

Heureusement que c’est court, le punch reste efficace !

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s