Je ne crois pas être cheap.  Mais qu’est-ce que j’en sais ?  Ça serait plus à mes amis de le dire.

Je ne suis pas économe.  Ça, je peux le confirmer par moi-même à la lecture de mon dernier relevé bancaire.

Je ne suis pas dépensier non plus.  Je vais rarement dans des magasins, je voyage peu et j’affectionne particulièrement les « apportez votre pain » lorsque vient le temps de me faire voir en société.

Je n’ai pas de parts dans Facebook.

Je ne suis pas membre d’un club privé.

Je ne connais pas de joueur de hockey.

– Finalement, t’es un gars crissement plate !
– Je sais pas…  Ça serait plus à mes amis de le dire.  …  D’ailleurs, vous êtes qui vous ?
– Ta psy.
– Vous êtes pas mal bête pour une psy.
– J’ai été radiée.

Quelle est la raison de tous ces questionnements monétaires ?  Pourquoi ai-je besoin d’évaluer ma richesse sur une échelle d’évaluation de standing ?  Est-ce l’automne qui semble vouloir m’affecter ?  Le soleil qui se couche avant 30 vies, la température extérieure qui requiert beaucoup plus qu’un coton ouaté champêtre, ma grippe musculaire qui ne semble pas vouloir me quitter pour des jours meilleurs ?

I DON’T KNOW.  Mais chose certaine, mes blues passent pus dans mon salon double.

La lumière au bout du tunnel m’est toutefois apparue en plein cours de step, entre deux « talons aux fesses voyage Monroe » : je veux déménager !

Habituellement, l’appel d’un nouveau logis survient à des moments bien précis de l’année.

  • Au mois de mars, lorsqu’il est temps de renouveler ou non son bail devant l’augmentation abusive du loyer par son propriétaire carriériste.
  • À la réception du nouveau catalogue IKEA.  Parce que bon…  On s’entend que feuilleter ça, c’est quand même le méga pied !
  • À la découverte de colocataire indésirable de type « Mickey Mouse », mais sans le costume de mage, le chapeau pointu, ni la faculté de sourire tout en ayant une conversation agréable dépourvue de connotation sexuelle.

Ceci dit, j’ai le goût de déménager.  Même si le timing est exécrable, que mon porte-feuille hurle « WTF » et que je vais probablement me retrouver dans un bled perdu de Rivière-des-Prairies, j’ai des envies de grandeur, de luxe, de Airoldi !  (Le divorce en moins…)

À défaut d’avoir un nouveau condo à décorer avec des meubles achetés (ou volés) chez Mariette Clermont (lol), je pourrai désormais me plaire et me complaire dans la richesse et le bon goût en écrivant bimensuellement sur le tout nouveau site Web Flambant Luxe, une plate-forme indépendante qui jette un regard féminin et inédit sur la société québécoise.  On y trouve des textes sur la mode accessible, des astuces beauté, des trucs cuisine, des idées déco, des capsules vidéo originales, le tout sous une esthétique artistique féminine et naturelle.

– OK…  Mais c’est quoi ton rapport là-dedans ?  T’es pas une femme ?

Ouin, ben c’est ça.  Le site est tellement ouvert d’esprit que les filles peuvent même y lire des opinions de gars.  C’est fair.

Désormais, le soleil ne se couche jamais sur l’empire de Merci pour cette émotion.

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s