Quand Élyse Marquis annonçait les produits Swiffer il y a quelques années, j’étais un peu crampé, et ce, pour plusieurs raisons.  Je ne vais pas vous en faire l’énumération, de peur d’être invité à Tout le monde en parle pour me faire lyncher en public par France Beaudoin en mode « équestre ».  Disons simplement que l’on n’avait encore jamais vu une comédienne triper autant sur des produits nettoyants.

Ce week-end, donc quelques années après que le contrat de pub à Élyse ne soit pas renouvelé, une grande envie de nettoyer mon appartement au peigne fin m’est tombée dessus à grands coups d’explosions et de pyrotechnie abondante.  (C’est que… j’étais dû !)  Entre deux feux d’artifice, je me suis souvenu du visage satisfait d’Élyse lorsqu’elle utilisait son Swiffer WetJet pour les taches tenaces situées sous sa table à manger.

Un Swiffer WetJet, voilà qui redonnerait de l’éclat à mes tuiles en simili gyproc !

Désormais propriétaire d’un splendide sourire Marquis, je suis entré en trombe au supermarché, en quête du balai magique rempli de promesses.

– WetJet ?  J’pense qu’on en a pus.  Mais on a des Swiffer 360 par exemple ?
– Est-ce que ça expulse des jets puissants afin de déloger la crasse ?
– Je pense pas.  C’est un plumeau.

De retour chez moi, j’avais un nombre incalculable de plumeaux pour dépoussiérer l’écran de ma télé cathodique, mais rien qui aurait pu s’occuper de la tache de confiture installée bien confortablement sur la tuile B-12 à l’entrée de ma cuisine.

Dans la vie, y’a des combats plus difficiles que d’autres.  Dans un soupir de découragement, je me suis étendu sur mon sofa, épuisé, vaincu.

Je suis resté là un bon trois heures.

Perdu dans mes pensées, mon désespoir et mes rêves brisés, je suis allé dans l’App Store de mon téléphone pseudo intelligent afin de voir s’il existait une application me permettant de savoir où diable je pourrais acheter un Swiffer WetJet.  Cette application miracle n’existant pas, j’ai plutôt misé tous mes espoirs de salut en téléchargeant Circle, un tout nouveau réseau social décrit comme le plus populaire au monde (???), présentement en première position des applications les plus installées sur les appareils Apple.

Considérée comme le futur des réseaux sociaux par des têtes bien pensantes du Huffington Post, Circle est un instrument qui permet de nous tenir au courant de ce qui se passe autour de nous tout en créant et cultivant un réseau avec les personnes vivant dans notre ville.

Je l’ai essayé, j’ai haï ça.

Premièrement, y’a personne de Montréal là-dessus, ou presque.  Deuxièmement, à part avoir le feeling d’être invité à tous les open houses de l’Île par des jeunes de 16 ans, j’ai rien appris d’utile.  Et surtout, personne n’a répondu à mon post d’une importance capitale :

Where can I buy a Swiffer WetJet, please ! #YOLO

Y’a bien une Cassandra qui a fait « j’aime », mais c’est pas mal toute.

On verra bien, mais je doute qu’on se souvienne de Circle dans 10 ans, autant qu’on se rappelle des Swiffers d’Élyse aujourd’hui.

Le pouvoir de la pub…

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s