Mon téléphone sonne.  Oui, ça arrive encore.  C’est rare, mais pas impossible.  Même si je communique presque uniquement par courriels et textos, il arrive que certaines personnes, visiblement nostalgiques de leur période Vuarnet, osent m’appeler « E.T. téléphone maison » style.

Je ne vous cache pas ma stupeur lorsque mon appareil intelligent émet une sonnerie plus longue que 2 secondes et, qui plus est, se répète pendant près d’une minute !!  Entre ça et le purgatoire de Marie-Antoinette d’Autriche, c’est mince.

Lorsque j’ai signé mon contrat avec la compagnie de téléphone mobile…  Ou devrais-je plutôt dire : lorsque j’ai signé un pacte louche m’obligeant à leur remettre, à défaut d’un baril de sang mensuel, un montant d’argent irrationnellement élevé, je me souviens avoir demandé un service en particulier : l’afficheur.  Ce petit ajout à un forfait déjà ridiculement cher me permet de connaître le nom, ou du moins le numéro, de la personne qui tente de me rejoindre vocalement.

Tu décides de m’appeler et de me faire revivre, contre mon gré, les années 90 ?  Tu mérites que je te voie la face avant de répondre.

Malgré tout, il y a en a certains qui réussissent (probablement après s’être eux-mêmes vidés de leur sang) à masquer leur numéro…

Ce matin, quelqu’un en mal de roulette russe décida de tenter sa chance et m’appela.  On pouvait lire « numéro inconnu » sur mon téléphone.  Il était environ vers 8h30.  (Ce qui est TRÈS tôt, soit dit en passant.)

Ai-je répondu ?  La question ne se pose même pas.  Mon appareil se chargea de rediriger le malfrat vers ma boîte vocale.

Salut Antoine !  Ici une salopette.  Je voulais juste m’assurer que tu étais au courant de mon grand retour ce printemps et que, si tu n’en avais pas encore eu l’idée, tu n’hésiterais pas à me mettre sans cesse lors de la prochaine saison.  À bientôt, j’espère…

So sweet.  La dernière fois qu’un article mode m’a téléphoné, c’était une paire de gougounes en 2002.  Cette fois là encore, j’avais raté l’appel.  Ça fait donc presque 12 ans que je voue une haine incommensurable pour ces sandales bas de gamme qui, en plus de me questionner sur l’hygiène de ceux qui les portent, donnent assurément une démarche de pingouin peu attrayante à leur propriétaire.

Alors, la salopette est de retour.  Vraiment !?

Si les boutiques du centre-ville n’ont pas encore bien mis en évidence ladite chose dans leurs vitrines, elle est effectivement de plus en plus présente sur les blogues mode à tendance hip qui puisent leur inspiration au plus profond du Mile End.

Ça, c’est toute une référence !

Merci pour cette émotion n’est pas un blogue mode.  Ce n’est pas un blogue hip non plus.  Parfois, j’en viens presque à me demander s’il est réellement un blogue, et non pas une façon de communiquer avec ma psychologue que j’ai arrêté de voir le jour où elle a augmenté ses honoraires de façon barbare et exorbitante.

Voici toutefois l’avis de l’éditeur concernant le retour des salopettes :

Amen, bye.

Ceci dit, je vais m’en acheter de ce pas !

Publicités

Quelle est votre émotion :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s