Détour par le passé.

Détour par le passé.

– Pis, le Bye Bye ?
– Je l’ai pas écouté…
– Ah…  Eille, as-tu entendu la nouvelle chanson des Scissor Sisters ??
– Je l’ai vu passer sur mon wall Facebook mais… non.
– Moi c’est le comeback de Gabriella Cilmi que j’attends avec impatience…

Ce dialogue entre mes deux « MOI » est une gracieuseté de mon cerveau bipolaire en lendemain de veille.  Il n’y a rien de plus satisfaisant que de débuter une nouvelle année en étant complètement K.O. pour cause de Stinger.

Avant d’attaquer la nouvelle année qui s’annonce déjà remplie de promesses italiennes, je vous propose un dernier regard sur 2011 avec un Top 10 des billets les plus consultés sur le blogue Merci pour cette émotion.

1.  Ça va ?

Celui qui en pinçait grave pour ma pilosité faciale m’a crié après pendant tout son trajet qui a duré trois stations.

Rendu à destination, il a touché ma barbe et est parti en me faisant un fuck you.

2.  Rehab In Paradise.

L’annonce de la mort d’Amy Winehouse m’a attristé en premier lieu.  Puis, m’a choqué.

C’était l’une des artistes les plus talentueuses de ces dernières années, le renouveau de la soul music.

3.  100% hipster.

Hipster, ce mot à la mode et galvaudé un peu partout dans les médias papier de l’heure semble être devenu la pire insulte qu’un trentenaire puisse dire à un de ses semblables.

Mais qu’est-ce réellement qu’un hipster ?

4.  Il fait beau dans l’métro.

Le suicide dans le métro est un sujet tabou.  Ce qui n’empêche pas plusieurs désespérés de passer à l’acte.

Environ 30 tentatives de suicide ont lieu chaque année dans le réseau souterrain.

5.  Latte à la citrouille épicée.

Café de Flore n’est pas un divertissement léger.  Il nous bouscule, nous fait perdre nos repères.

Voilà pourquoi il est important de bien vider votre vessie avant d’entrer dans la salle.

6.  Airoldi, sors de ce corps !

La semaine dernière, tous les yeux de la planète mode étaient rivés sur Milan où ont défilé les premières collections masculines automne-hiver 2011-2012.

En tout, 39 défilés/36 marques ont été présentées.  Globalement, ça s’annonce assez sage…

7.  Passez aux suivants.

Télé-réalité ?  Pas vraiment.  Documentaire ?  Ouais, ça y ressemble fortement.

Est-ce plus drôle que la télé-réalité sur Michèle Richard ?  Non, mais Les 5 prochains risque d’être beaucoup plus instructive que celle de la diva.

8.  Tuer pour un peu de fast food…

La règle du 1 % d’intégration des arts aux édifices publics est en péril.

L’art est un jeu, cette immense murale de 88 pieds qui vit au cinquième étage du Casino de Montréal, risque l’extinction.  Les longues trames colorées de Serge Lemoyne vont être abattues pour cause de rénovations majeures.

9.  La guerre des tortues.

Après une longue période d’attente et d’hésitation, j’ai finalement décidé de lancer un premier single.

Cette semaine, je laisse donc les blagues de côté.  Quoique…  Single à télécharger gratuitement.

10.  Voilà mon édito !

Des blogs du genre, on en trouve déjà à la pelle sur les Internets.

Je n’ai toujours pas de ligne directrice définitive, mais Merci pour cette émotion sera davantage éditorial, personnel, 100% confidence.

Publicités

Rehab In Paradise.

Lorsque je travaillais dans un magasin de disques, il y a de cela quelques années, un collègue m’avait suggéré de porter une attention particulière à une jeune chanteuse britannique.  Encore plutôt inconnue de ce côté-ci de l’Atlantique, Amy Winehouse faisait pourtant déjà un tabac monstre dans son pays natal avec Rehab, premier single de Back To Black, l’album de l’année lors des Grammy Awards de 2008.

Ce disque, je l’ai usé à la corde !!

Comment peut-on user un CD à l’aide d’une corde ?  Aucune idée.  Mais reste que ses nombreuses égratignures témoignent d’une longue et palpitante existence à l’époque où je me promenais encore dans tous les coins de la ville muni d’un discman portatif plutôt encombrant.

Rehab, oui.  Mais aussi You know I’m No Good et surtout Back To Black, ces chansons m’ont accompagnées durant toute une année.  Aujourd’hui, lorsque je les entends, elles me font revivre une période bien précise de ma vie.  À jamais gravées dans la trame sonore de mon biopic disponible en combo DVD/Blu-ray d’ici quelques décennies.

I cheated myself,
Like I knew I would,
I told you I was trouble,
You know that I’m no good.

L’annonce de la mort d’Amy Winehouse samedi dernier ne m’a aucunement surpris.  Grâce aux journaux à potins du monde entier, cela faisait maintenant plusieurs années que ses problèmes de consommation de drogues étaient étalés au grand jour.  Des photographies peu flatteuses accompagnées de textes relayant ses démêlés avec la justice, on en a gobé jusqu’à saturation.

L’annonce de la mort d’Amy Winehouse m’a attristé en premier lieu.  Puis, m’a choqué.  C’était l’une des artistes les plus talentueuses de ces dernières années, le renouveau de la soul music comme certains critiques aimaient l’appeler.  Sa fin tragique est un beau gâchis.  La raison de son décès est encore inconnue, mais on a tous une petite idée.  Selon les témoignages de ses amis, Amy Winehouse se serait procurée vendredi soir de la drogue.  Un mélange d’alcool et d’ecstasy lui aurait été fatal.

Lorsque tes amis sont au courant de ce que tu as l’intention d’ingurgiter et qu’ils te laissent faire…  Tu es clairement mal entouré.  Peut-être qu’elle refusait leur aide…  J’en sais rien, mais ça reste terriblement choquant !

Maintenant c’est terminé.  Il ne va rester que deux petits albums, des chansons extraordinaires et une superbe voix.  Les médias en parlent déjà comme une Janis Joplin ou un Jim Morrison, morts également à l’âge de 27 ans.  Elle rejoint le sélect « Club des 27 » !

Pas de quoi se réjouir quant à moi.

We only said good bye with words,
I died a hundred times,
You go back to her,
And I go back to black.