La divine Terreur.

Y’a une morosité durant le mois de janvier qui, chaque année, me donne envie de me faire congeler jusqu’au mois de mai. (Relisez cette phrase à voix haute et vous obtiendrez un fabuleux poème.) Trêve de lyrisme, je crois être sincèrement dû pour une séance intensive de luminothérapie.  Il fait froid, tout est plate, mes blues passent pus dans porte. Ce sentiment est symptomatique de cette période de l’année.  Les semaines avant … Continuer de lire La divine Terreur.