Merci pour ces émotions passées.

Merci pour ces émotions passées.

Back To The Future III

Sur Facebook, une rétrospective de mon année 2012 m’était proposée.  Elle rassemblait un cocktail de statuts randoms ainsi que de deux trois photos prises dans des moments plus ou moins glorieux.

C’est pas ça, mon année.

2012 aura été particulièrement intense.  Quand j’y pense, j’ai même une petite émotion qui veut vivre…  (Ce qui est, finalement, tout de même assez fréquent.)

Tous les spectacles auxquels j’ai assisté, les disques achetés, les séries-télé dévorées…  Les quiproquos burlesques en plein coeur du centre-ville, le printemps T-Fal de fou que le Québec a vécu, mes nombreux bouleversements côté travail…

Bref, mon 2012, c’est beaucoup plus que des photos de mes souliers rouges, aussi instagrammées soient-elles.  Voici donc ma propre rétrospective de 2012; le Top 10 de mes histoires les plus consultées sur Merci pour cette émotion.

Ça part dans tous les sens.  Comme mon année.

Mahée Paiement

1.  Service après-vente.

J’ai exploré la page statistique de mon blogue.  Par quelle recherche de mots clés les visiteurs ont-ils atterri ici ?  Pourquoi es-tu en train de lire ceci ?

Certains résultats sont plutôt troublants.

Fragile2.  Vie de bureau.

Tel un SDF, je déambule dans les couloirs du Montréal souterrain, café Starbucks en main, dans l’espoir de retrouver un sens au terme « heure de dîner ».

Le Centre Eaton est paisible.

Joane Labelle3.  La bête de Labelle.

Je me suis pincé le bras, me suis frappé la tête contre le mur à quelques reprises.  J’ai fait pipi, un petit peu…

Comment une nouvelle de cette envergure avait-elle pu me glisser entre les doigts ?

KWAD94.  Quoi de neuf ?

Pour terminer cette aventure en beauté, KWAD9 était en nomination aux 27es prix Gémeaux.

Highlights de la soirée ?  Ça manquait cruellement de petites coupes de crevettes.  Et nous n’avons pas gagné.

American Horror Story5.  Petite-Patrie Horror Story.

Après ce nouvel épisode plus ou moins glorieux de ma vie, je me suis questionné sur ma santé mentale.

Peut-être devrais-je arrêter de contrôler ma régularité avec des médicaments.

Lac Jamet6.  Camping sauvage without Guy A. Lepage.

Qu’en est-il du bungee, du safari africain, du tatoo de tilapia que je voulais tout autour de ma cuisse gauche ?

Finalement, c’est ce week-end que j’allais vivre l’acte 1 de mon année d’aventure.

Mode hommes 20127.  Lundi de blues.

C’est scientifiquement prouvé que le troisième lundi de janvier est le jour le plus déprimant de l’année.

Un psychologue a finalisé, il y a quelques années, une sorte d’équation de la dépression.

Weeds8.  Les mauvaises herbes de Mme Botwin.

Couché dans l’herbe du parc Émilie-Gamelin, c’est la tête remplie de réflexions que je sirotais au soleil un frappuccino glacé aux fraises.  (Yark !)

Quand soudain, un badaud arriva.

Scissor Sisters9.  Nous allons voir un kiki.

« Kiki » est un terme qui signifie : passer un bon moment avec des amis.

Il est possible d’avoir un kiki dans un bar, au téléphone, ou en plein air lors d’une bar mitzvah.

Instagram10.  Je suis un artiste original.

J’ai retrouvé le goût de vivre grâce au soutien offert par mes tout nouveaux boxers tubulaires, ainsi que le téléchargement de l’application Instagram maintenant offerte pour téléphones Android.

Publicités

Je suis un artiste original.

Lors de mes études cinématographiques à l’université, j’ai appris à écrire, à tourner, à monter… à réaliser des films PELLICULE !  Un an plus tard, le programme offrait l’option numérique mais c’était trop tard pour moi.  Plus de temps, plus le goût et plus une maudite cenne.

(Je tiens à préciser ceci : même si j’ai appris la technologie PELLICULE à l’Université, cela ne signifie pas que je suis maintenant un homme d’âge mûr.  Aucun lien, aucun rapport.)

Bref, j’ai appris la PELLICULE et y’a ben des cours qui ne m’ont pas encore servi.  Cependant, j’avais également des cours de photos PELLICULE !  Ça, c’était franchement génial.

J’aimais l’ambiance de la chambre noire, l’odeur des révélateurs, le bruit sourd que produisait l’ampoule infra-rouge…  Et l’état stone « 100% Lapointe » dans lequel je me trouvais, après 16 heures à tenter d’imprimer une photographie exempte de petites poussières…  Un défi de taille forte !

Oui, j’aimais l’ambiance de la chambre noire, mais j’aimais surtout PRENDRE des photos.  Je traînais toujours mon petit appareil PELLICULE avec moi, une habitude que j’ai perdue avec l’arrivée du numérique.

Le numérique, sooo boring.  Les trois ou quatre portraits que j’ai osé prendre se sont perdus sur une carte mémoire, mon disque dur, ou dans un album photo no name de mon Facebook.

Avec la mort de la photographie PELLICULE, c’est toute ma jeunesse qui s’en allait d’un bond !  Je n’avais plus de fun, plus de flamme, plus de passion…  Ma vie se résumait à pleurer en mangeant des petits gâteaux Vachon accompagné d’un canard imaginaire prénommé Madame Blackburn.

Depuis mardi dernier, coup de théâtre : j’ai retrouvé le goût de vivre grâce au soutien offert par mes tous nouveaux boxers tubulaires, ainsi que le téléchargement de la très attendue application Instagram maintenant offerte pour téléphones Android.

YÉÉÉ !!  Une photo !

C’est officiel, l’application Instagram, disponible jusqu’alors uniquement pour les utilisateurs d’iPhone, est désormais téléchargeable pour les systèmes Android.

En 2011, les utilisateurs d’Instagram étaient déjà 25 millions.  Le succès de cette application tient en quelques mots : nostalgie de la vieille photo, réseaux sociaux et people.

YAHOO !!!  Bon…  UNE AUTRE PHOTO !

FIRST : cette application est faite pour prendre des photos.  Le concept : ce que votre téléphone sait déjà très bien faire… et bien cette application le fait en moins bien.  Au lieu d’une photo HD en 16/9, vous obtiendrez une photo vieillie au teint pâle et usée.  Ces défauts permettent d’obtenir une photo qui se veut artistique, proche de ce que peut donner une photo prise avec un Polaroïd et stockée dans un tiroir pendant cinq ans.

My God, C’EST LE TOTAL PIED !  Une autre photo !

SECONDO, Instagram permet de publier très facilement une photo et de la partager avec tous ses contacts… et plus encore.  Chacun peut alors y aller de son commentaire.  Elle peut se retrouver simultanément sur Facebook, Twitter, Tumblr, Foursquare…  Name it !

ARRRGGGHRRRGEUH !  …  PHOOOTOOO !

*petit filet de bave et yeux transis*

Carte mémoire pleine ?  Tabarnak.

À tous les amoureux de photographie, quelle soit de pacotille ou non, on se retrouve sur Instagram.  Ce sera grandiose !