Tout pour la musique.

Tout pour la musique.

Mon année 2013 se résume ainsi : des disques, des disques, pis encore des disques !  …  La variété, ça me connait !

Parmi ces galettes de vinyle, quelques chansons précises sortent du lot.

Voici donc mon Top 10 des singles de 2013 !

1.  Depeche Mode – Heaven

Même après 30 ans de carrière, Depeche Mode continue de se réinventer.  Dans un trip bluesy sur leur dernier album, Heaven est une parfaite carte de visite.

Rythme entêtant, imagerie sombre…  La voix de Dave Gahan n’a jamais été aussi riche.  Une perle !

2.  Gabriella Cilmi – Symmetry

À l’écoute de son troisième album The Sting, il n’y a plus aucun doute : Gabriella Cilmi est beaucoup plus qu’une jolie fille.

De toutes ses chansons, je retiens Symmetry.  Le parfait mélange de pop, d’aérien, de beat, et d’instruments à cordes.  ♥

3.  David Bowie – Where Are We Now?

Le comeback de David Bowie en ce début d’année aura pris tout le monde par surprise.

Where Are We Now? nous présente une nouvelle facette du caméléon Anglais : la fragilité.  Envoûtant.

4.  Chvrches – Recover

Découvert par surprise sur un blogue musical indie, puis retrouvé dans la long list du BBC Sound of 2013, Chvrches m’a par la suite accompagné pendant une bonne partie de mon année.

Ce son, cette voix…  Recover, cette bombe !

5.  Pet Shop Boys – Vocal

Je l’avoue, j’ai mis plusieurs écoutes avant d’apprécier ce Vocal.  La structure redondante de la chanson ne m’a pas convaincu…

Finalement, c’est cette même redondance hypnotique qui me la fait jouer sur repeat depuis 6 mois.  Pouvoir vaudou…

6.  Daft Punk – Get Lucky

Qui n’a pas entendu Get Lucky au moins une fois cet été.  C’est inévitable, la ritournelle groovy de Daft Punk me donne à tout coup l’envie de danser tel un cheval de l’apocalypse !

Le hit de l’été, point final.

7.  Justin Timberlake – Mirrors

Un autre retour surprise, celui de Justin Timberlake, n’a pas comblé totalement mes attentes…  The 20/20 Expérience ne transformera pas votre salon en dancefloor, mais peut-être en boudoir sensuel…

Mirrors, c’est pas sexy, mais c’est d’une beauté mélancolique parfaite !

8.  Lady Gaga – Applause

Elle a beau commencer à taper sur le système de pas mal de gens, reste que Lady Gaga excelle quand vient le temps de nous faire danser.

Avec Applause, on est loin de l’Art annoncé, mais on se secoue les hanches sans aucune retenue.

9.  The Killers – Shot At The Night

Sur Shot At The Night, The Killers flirt solide avec les eighties, et ce n’est pas pour me déplaire !!

Merci à M83, aux manettes de cette renaissance !  J’en prendrais bien un album complet.

10.  Hurts – Miracle

Moins synth-pop et mélancolique, le duo Hurts a opéré un virage rock avec leur deuxième album Exile.

Y’a de bons moments, d’autres moins convaincants.  Mais Miracle est définitivement réussie.

Mention honorable

0.  Céline Dion – Loved Me Back To Life

Contrairement à ce que l’on peut entendre sur les ondes de TVA, le nouvel album de Céline Dion est un flop.

Dommage, parce que sa chanson Loved Me Back To Life a énormément jouée chez moi…

Publicités

Merci encore pour ce palmarès.

Cette année encore, je profite du mois de décembre pour tracer le bilan de mes émotions musicales.  Faire un tour d’horizon des chansons qui m’ont marqué, touché, fait shaker du BONBON !

2011 n’a pas été très riche en découvertes musicales.  En compilant mes coups de coeur, il m’est apparu difficile de faire abstraction de certains titres canons qui ont littéralement explosé dans les palmarès mondiaux.  Les ignorer serait me juger moi-même.  Les voilà aujourd’hui réunis avec certains oubliés qui mériteraient qu’on leur porte une deuxième écoute attentive.

Voici donc le Top 10 des meilleurs singles de l’année 2011 !

1.  Katy Perry – E.T.

Katy Perry a frappé fort avec son Tennage Dream. Truffé de numéros 1, c’est E.T. qui ressort véritablement du lot.  Une chanson où elle nous présente un côté plus sombre de sa personnalité musicale.

2.  Jamiroquai – White Knuckle Ride

Premier single de leur album come-back, White Knuckle Ride représente parfaitement ce en quoi les gars de Jamiroquai excellent. Du disco groovy, autant électro qu’organique, et nostalgie free…

3.  Ellie Goulding – Lights

Le premier album de la gagnante du BBC Sound of 2010 est fort intéressant.  Lights, lancée en version remixée, est une réussite en tous points.  La rumeur positive se propage tranquillement.

4.  Duffy – Well Well Well

Objectivement, Well Well Well est la meilleure chanson issue du dernier album de Duffy.  Bien que les critiques l’aient carrément enterrée, la chanteuse aurait pu défendre davantage ses choix artistiques.

5.  Britney Spears – Till The World Ends

Sous des airs de femme fatale, Britney Spears reste avant tout une reine des dancefloors.  Till The Words Ends, titre dance efficace, est venu souffler un vent de fraîcheur sur une carrière de plus de 10 ans, déjà.

6.  Natalia Kills – Mirrors

En plus d’offrir un univers sonore intéressant, Natalia Kills transpose également ses chansons dans des vidéo-clips riches et d’une cohérence visuelle irréprochable. Mirrors est une très bonne carte de visite.

7.  Lady Gaga – Born This Way

On nous annonçait la chanson de la décennie, voir du siècle.  Rien de moins.  Finalement, Born This Way s’est avéré être une agréable chanson dance que Madonna n’aurait certes pas renié à l’époque des seins coniques.

8.  Milow – Never Gonna Stop

Si ses nouvelles compositions n’ont pas le même rayonnement que sa reprise de 50 Cent, ce n’est que le fruit d’un injuste concours de circonstances.  Never Gonna Stop est une chanson à découvrir d’urgence.

9.  Melanie C – Think About It

Melanie C a quelque peu délaissé le rock pour son cinquième album solo.  Think About It est une chanson pop accessible que n’auraient pas renié les autres membres de son ancien groupe.

10.  Coldplay – Paradise

Groupe aux refrains fédérateurs, Coldplay signe ici un titre très fort de leur discographie.  Paradise est le parfait mélange entre une mélodie de type indie et une volonté d’arrangements catchy.

Mention honorable

0.  Jeanne Mas – Les dimanches

Jeanne Mas s’éparpille beaucoup.  Mais on ne peut lui reprocher son désir constant de se réinventer.  De retour cette année avec un son électro-pop rappelant ses débuts, l’album Bleu citron n’a pas réussi à s’imposer.

Pop désintox.

Ça y est, c’est officiel et je vous le confirme : j’ai fait ma première overdose.  C’était assez violent et, surtout, inattendu.  C’est fou ce que l’influence d’un groupe peut avoir sur une personne seule.

Est-ce que j’ai des regrets ?  D’être tombé dans l’enfer de LADY GAGA ?

Oui.

Car au départ, je l’avoue, je ne trouvais rien d’intéressant à cette copie de Christina Aguilera se trémoussant dans une piscine gonflable au son d’un clavier bontempi.  Mais bon, vous savez ce que c’est…  Les « essaye, tu vas aimer ça », « je suis sûr que c’est ton genre », « wow, tu sais pas ce que tu manques, c’est trop COOL »…

Bref, tel un adolescent en quête d’acceptation, j’ai écouté son The Fame Monster que j’ai, effectivement, trouvé excellent.  Mais à force d’écouter, et d’écouter, et d’en entendre parler, et de la voir partout, et de l’entendre partout…

J’LA PÈTE MA COCHE, GRAVE !!!  (Écume sur le coin de ma bouche…)

La chanteuse Lady Gaga dévoilera son nouvel album Born This Way le 24 mai prochain.  Le plan marketing de cet album comeback, publié 18 jours après la dernière représentation de sa tournée Monster Ball, se prépare depuis… le 12 septembre 2010, jour où le titre a été dévoilé.  Depuis, pas une semaine ne s’est écoulée sans qu’on en entende parler dans les médias, sur Facebook ou sur Twitter.

Après huit mois de surenchères et autres déclarations mirobolantes concernant son nouvel opus, les attentes des fans de la chanteuse ont atteint un niveau inatteignable pour un disque pop.

Mais celle qui déclarait qu’elle ne lasserait jamais personne serait-elle déjà victime d’un certain backclash ?

Le malaise a débuté avec le single Born This Way, publié en février.  Un hymne se voulant rassembleur tout en célébrant la différence.  (Lire ici : racoler son public homosexuel.)  Mais le hic est que de la plupart des gais ne se considèrent pas comme des monstres, comme cela est suggéré dans les paroles.  Bref, quand tu commences à te mettre ton public à dos, ça va mal à shop !!

S’en est suivi Judas, un single pseudo blasphématoire qui peine à se hisser au top des classements.  Puis, The Edge Of Glory, lancé en catastrophe la semaine dernière, sans grand intérêt.

Trop, c’est VRAIMENT comme pas assez.

Au programme la semaine prochaine ?  Le dévoilement d’un quatrième titre de l’album, Hair.  Un journal Métro du 17 mai où elle sera la rédactrice en chef invitée.  (Lors de la journée internationale contre l’homophobie, watch out l’édito !)  Sans compter toutes les surprises qu’elle nous réserve sur Facebook telle que la photo en High Quality du code barre de l’édition deluxe de l’album.

Le problème avec les drogues dures, c’est qu’une fois accro, il est difficile de se départir de l’envie de consommer.  Et comme je n’ai pas le temps, ni les moyens de rejoindre Lindsay Lohan en désintox, je devrai tenter de me contrôler à froid.

Ceci dit, irais-je tout de même acheter son nouvel album la semaine prochaine ?  100% addict à la musique, You know, I’m born this way bébé.

Oh my gosh ?

J’avais si hâte de me mettre en vêtements mous (décidément, j’y prends goût), de m’enrouler dans une couverture de laine tout en buvant un chocolat chaud pour regarder La série Montréal Québec !

NOT.

Mes soirées dominicales sont plutôt le moment de la semaine où je me fais un délicieux poulet tandoori à déguster devant Tout le monde en parle, cette grande messe télévisuelle qui accueille des invités venant de spectres aussi larges que la musique, la politique, ou le nouveau canal d’Anne-Marie Losique.

NOT 2 !

J’aime bien Tout le monde en parle, vraiment.  Mais cette semaine, j’ai plutôt opté pour la dégustation de sushis devant la cérémonie des Grammy, le gala ultime récompensant l’industrie de la musique américaine.

Se tenant à Los Angeles, la 53e édition des Grammy Awards est apparue comme un gala extrêmement musical où les performances se sont succédé à la chaîne, les remises de prix paraissant alors franchement secondaires.

Secrètement, je n’attendais qu’une chose : voir Lady Gaga performer son nouveau single pour la première fois à la télévision.  Arrivée sur le tapis rouge dans rien de moins qu’un oeuf géant, sa prestation aura toutefois été étonnamment simpliste.  La chanteuse se contentant de sortir de son oeuf pour chanter sa chanson, une pancake sur la tête.  Ça peut sembler normal comme numéro, mais venant de l’auto-proclamée nouvelle Reine de la Pop qui nous a habitué à plus d’extravagance, ça déçoit.

Cette fille a-t-elle déjà atteint le point critique de sa carrière ?  Celui où elle ne réussit plus à surprendre, à étonner et à innover ?  Nous a-t-elle déjà tous lassé ?

J’ai du mal à voir une vraie cohérence entre ses revendications libertaires et cette volonté de présenter des éléments résolument trashs, blasphématoires et toutes ses évocations de monstres…  Je me pose vraiment la question à savoir si je vieillis en perdant mon ouverture d’esprit ou s’il n’y a pas vraiment un problème avec ce personnage.

Lady Gaga véhicule quelque chose de terriblement fort, si fort qu’on ne sait ce qui pourra en résulter et on sent vraiment chez elle une volonté d’accomplir une oeuvre sur les masses.

Oui, elle est une talentueuse chanteuse, bonne compositrice et bonne performeuse, mais cette façon de nous faire revivre cinquante ans de musique pop en concentré devient indigeste.  En l’espace de trois ans, elle a utilisé toutes les meilleures ficelles par puissance dix de celles qui ont fait l’histoire avant elle.  Cela représente le marketing le plus puissant jamais exercé jusqu’à ce jour en musique pop.  C’est tellement appuyé que ça en devient suspect.

Mais je pourrais aussi ne plus me casser la tête et faire de l’aérobie en écoutant sa nouvelle toune sur repeat…  Enfin bref.

Les autres highlights de cette soirée festive ?

  • Justin Bieber a étonnamment été boudé par ses pairs, se voyant souffler le titre de révélation de l’année par une artiste de jazz.
  • Katy Perry s’est montrée un peu (trop ?) quétaine en chantant sur une balançoire entourée de coeurs.
  • Un gros « lol » !  Barbara Sterisand n’avait aucune idée de qui était Arcade Fire lorsqu’elle leur a décerné le prix de l’album de l’année.

Théorie du complot, ou autres hits radio.

Depuis quelques temps, mes interlocuteurs dérivent toujours de nos conversations pour me parler des Illuminati.

« As-tu vu la dernière entrevue que Céline a donné à Julie Snyder ?  Il paraît que la position des deux femmes sur le canapé, juxtaposée avec l’angle dans lequel apparait le rayon de soleil sur la tête de la chanteuse enceinte, serait un message subliminal des Illuminati pro-vie… »

« Hugo d’Ocupation Double aurait été un envoyé spécial des Illuminati de Trois-Rivières pour exercer une domination sur la gente féminine de Whistler.  Les filles auraient découvert le subterfuge et c’est pour ça qu’elles l’auraient éliminé ! »

« Es-tu un Illuminati ?  Je dis ça de même parce que ta coupe de cheveux est en triangle ! »

WTF ?

Pourquoi cette soudaine passion pour Tom Hanks et son film Anges & Démons ?

« T’es vraiment un taré de première, Antoine.  Les Illuminati ne sont pas uniquement tirés d’une histoire fictive sortie de la tête d’un réalisateur de films hollywoodiens de marde ! »

Remarque un peu agressive, j’en conviens, mais il est très courant de voir de la violence verbale sortir de la bouche d’un croyant ébranlé par sa foi…

Un peu contrarié, mais aussi piqué par la curiosité, j’ai décidé de me lancer tête première dans des recherches pointues sur les Illuminati.  …  J’ai donc googlé « Illuminati ».

Les Illuminati s’autoproclament les Maîtres du Monde.  Cette organisation existe depuis 1776 et leur projet était, à l’époque, de changer radicalement le monde en anéantissant le pouvoir des régimes monarchiques.  La Révolution Française et la fondation des États-Unis auraient été des résultats de leur stratégie.  Au fil du temps, les membres de ce groupe sont passés du statut de conspirateurs subversifs à celui de dominateurs implacables dont le but essentiel est de conserver leur pouvoir sur la population.

Les Illuminati ne sont pas qu’un simple club privé où les membres doivent porter des soutanes en velours de couleurs flamboyantes.  Il s’agit d’un organisme dont la véritable nature est occulte.  « Les Illuminés » se considèrent détenteurs d’une connaissance et d’une sagesse supérieure, héritées de la nuit des temps et qui leur donne une légitimité pour gouverner l’humanité.  Les médias de masse seraient employés pour mouler l’opinion publique.

Étonnamment, rares seraient les artistes échappant au contrôle des Illuminati.  De Jay-Y, en passant par Kylie Minogue, Kanye West ou Madonna, tous seraient sous l’emprise de l’organisation, les obligeant à multiplier les photographies de mises en scène divines et autres symboles triangulaires.  Leur dernière création, Lady Gaga, serait un véhicule Illuminati flagrant, un hommage au contrôle de l’esprit où sa personnalité creuse, robotique et assez déjantée incarnerait tous les symptômes d’une victime du contrôle de l’esprit.  Stefani Germanotta, femme de la classe ouvrière, aurait été choisie par l’élite pour donner vie à un robot.  Interprète sexy et attirant, ce robot ayant pour but de corrompre la classe ouvrière.

Ouf !

Après avoir écrit ces lignes, je me sens complètement siphonné du cerveau.  Une ballade sur YouTube n’a pas aidé à vaincre mon mal de tête.  Des vidéos expliquant les propagandes Illuminati, il y en a par centaines !  En voici une piquée au hasard.

Re-ouf !

Grannie Gaga.

Alors que Lady continue de faire parler d’elle en se jetant à moitié nue dans la foule du Lollapalooza, des parodies de ses clips continuent de faire leur apparition sur le Web à une vitesse Gaga (c’est-à-dire « folle »).

Celui du groupe d’humoristes wannabe-comédiens-dans-Glee The Battery’s Down, est particulièrement réussi.

Lady Gaga se fait ramener sur Terre.

Lady Gaga se fait ramener sur Terre.

Grâce à la chanteuse et à ses énigmatiques outfits, je peux aujourd’hui offrir un nouvel en-tête à mon blog.

Fraîchement arrivée à l’aéroport de Londres, la Gaga avait jugé bon d’enfiler des chaps de cowboy accompagnés d’une longue traîne de cuir ainsi que des plateformes shoes la portant à environ 35 cm du niveau du sol.  Mais lorsque ses bottes se sont entortillées dans ce qui lui servait de robe à ce moment-là, c’est tête première que Lady a chuté, propulsant alors ses joues au niveau du gyproc.

« Elle ne savait plus où se mettre », a confié un badaud.