Merci pour ces émotions passées.

Merci pour ces émotions passées.

Back To The Future III

Sur Facebook, une rétrospective de mon année 2012 m’était proposée.  Elle rassemblait un cocktail de statuts randoms ainsi que de deux trois photos prises dans des moments plus ou moins glorieux.

C’est pas ça, mon année.

2012 aura été particulièrement intense.  Quand j’y pense, j’ai même une petite émotion qui veut vivre…  (Ce qui est, finalement, tout de même assez fréquent.)

Tous les spectacles auxquels j’ai assisté, les disques achetés, les séries-télé dévorées…  Les quiproquos burlesques en plein coeur du centre-ville, le printemps T-Fal de fou que le Québec a vécu, mes nombreux bouleversements côté travail…

Bref, mon 2012, c’est beaucoup plus que des photos de mes souliers rouges, aussi instagrammées soient-elles.  Voici donc ma propre rétrospective de 2012; le Top 10 de mes histoires les plus consultées sur Merci pour cette émotion.

Ça part dans tous les sens.  Comme mon année.

Mahée Paiement

1.  Service après-vente.

J’ai exploré la page statistique de mon blogue.  Par quelle recherche de mots clés les visiteurs ont-ils atterri ici ?  Pourquoi es-tu en train de lire ceci ?

Certains résultats sont plutôt troublants.

Fragile2.  Vie de bureau.

Tel un SDF, je déambule dans les couloirs du Montréal souterrain, café Starbucks en main, dans l’espoir de retrouver un sens au terme « heure de dîner ».

Le Centre Eaton est paisible.

Joane Labelle3.  La bête de Labelle.

Je me suis pincé le bras, me suis frappé la tête contre le mur à quelques reprises.  J’ai fait pipi, un petit peu…

Comment une nouvelle de cette envergure avait-elle pu me glisser entre les doigts ?

KWAD94.  Quoi de neuf ?

Pour terminer cette aventure en beauté, KWAD9 était en nomination aux 27es prix Gémeaux.

Highlights de la soirée ?  Ça manquait cruellement de petites coupes de crevettes.  Et nous n’avons pas gagné.

American Horror Story5.  Petite-Patrie Horror Story.

Après ce nouvel épisode plus ou moins glorieux de ma vie, je me suis questionné sur ma santé mentale.

Peut-être devrais-je arrêter de contrôler ma régularité avec des médicaments.

Lac Jamet6.  Camping sauvage without Guy A. Lepage.

Qu’en est-il du bungee, du safari africain, du tatoo de tilapia que je voulais tout autour de ma cuisse gauche ?

Finalement, c’est ce week-end que j’allais vivre l’acte 1 de mon année d’aventure.

Mode hommes 20127.  Lundi de blues.

C’est scientifiquement prouvé que le troisième lundi de janvier est le jour le plus déprimant de l’année.

Un psychologue a finalisé, il y a quelques années, une sorte d’équation de la dépression.

Weeds8.  Les mauvaises herbes de Mme Botwin.

Couché dans l’herbe du parc Émilie-Gamelin, c’est la tête remplie de réflexions que je sirotais au soleil un frappuccino glacé aux fraises.  (Yark !)

Quand soudain, un badaud arriva.

Scissor Sisters9.  Nous allons voir un kiki.

« Kiki » est un terme qui signifie : passer un bon moment avec des amis.

Il est possible d’avoir un kiki dans un bar, au téléphone, ou en plein air lors d’une bar mitzvah.

Instagram10.  Je suis un artiste original.

J’ai retrouvé le goût de vivre grâce au soutien offert par mes tout nouveaux boxers tubulaires, ainsi que le téléchargement de l’application Instagram maintenant offerte pour téléphones Android.

Publicités

Nous allons avoir un kiki.

Nous allons avoir un kiki.

Qu’est-ce qu’un « kiki » ?

Choix numéro 1 : une espèce de singe.

Vous vous souvenez vaguement d’avoir entendu Charles Tisseyre le déclarer avec le ton solennel qu’on lui connaît : « Le kiki, singe vivant dans les montagnes longeant la République de Macédoine, est le primate le plus étonnante de la planète. »

Choix numéro 2 : une relation sexuelle express.

Que ce soit au bureau, sur l’heure du lunch, dans le fond d’une ruelle sale ou avant d’aller à la messe, le quicky (ou kiki) est le moyen le plus rapide, efficace et gratuit (de préférence) pour libérer les tensions accumulées par nos habitudes de vies urbaines excessivement stressantes.

Choix numéro 3 : un pénis.

Ouais, bon.  Paraîtrait qu’en France, certains l’appellent ainsi.  Mais voir que je vais vous jaser « kékette » aujourd’hui.  QUAND MÊME !

Choix numéro 4 : aucune de ces réponses.

Au secondaire, lorsqu’on nous donnait des examens à choix de réponses, l’option du « aucune de ces réponses » n’était jamais la bonne.  Mais aujourd’hui, je fais fi des conventions.

« Kiki » est un terme qui signifie : passer un bon moment avec des amis.  Il est possible d’avoir un kiki dans un bar, au téléphone, ou en plein air lors d’une bar mitzvah.  « Let’s have a kiki » signifie « faisons la fête ».

Let’s have a kiki, c’est également le titre d’une chanson tirée du nouvel album des Scissor Sisters, Magic Hour.

Au début des années 2000, les Soeurs Ciseaux ont remis le glam rock au goût du jour.  Groupe au destin volontairement underground, ils sont devenus mainstream notamment grâce à leur reprise d’une chanson de Pink Floyd, Comfortably Numb.  Bono, le leader de U2 qui a une opinion sur tout, les a d’ailleurs qualifiés de « meilleur groupe du monde ».

Après Night Life, un album concept plutôt sombre faisant l’apologie de la vie nocturne new-yorkaise des années 80, les Scissor Sisters sont de retour avec Magic Hour et devraient, encore une fois, transformer la terre en une gigantesque piste de danse.

Magic Hour est un album varié, un concentré de tubes se rapprochant du style de leurs débuts.  Pas de concept cette fois-ci, ce disque est un hymne au bonheur, un album ludique et joyeux, fait de bons souvenirs et résolument optimiste.  Un disque réussi, pour l’été et les couchers de soleil.  On y trouve des titres aux accords folks, comme Baby Come Home, mais aussi de la dance aux mélodies synthétiques et ultra-rythmées directement sorties des années 90.

De passage à l’Olympia de Montréal pour un concert événement vendredi dernier, les spectateurs présents ont eu droit à un kiki puissance dix.  Si le frontman Jake Shears fait mouche dans l’interprétation des plus grands tubes, c’est le talent d’Ana Matronic qui m’a flabergasté.  Chanteuse, choriste, MC, cette fille a un charisme fou et un sens de la répartie étonnant.

Dommage qu’aucun média de masse n’ait été présent afin de rapporter l’événement.  Les fans, eux, étaient légions.

Voici Baby Come Home, une autre démonstration de leur talent, autant musical que visuel.