Merci pour ces émotions passées.

Merci pour ces émotions passées.

Back To The Future III

Sur Facebook, une rétrospective de mon année 2012 m’était proposée.  Elle rassemblait un cocktail de statuts randoms ainsi que de deux trois photos prises dans des moments plus ou moins glorieux.

C’est pas ça, mon année.

2012 aura été particulièrement intense.  Quand j’y pense, j’ai même une petite émotion qui veut vivre…  (Ce qui est, finalement, tout de même assez fréquent.)

Tous les spectacles auxquels j’ai assisté, les disques achetés, les séries-télé dévorées…  Les quiproquos burlesques en plein coeur du centre-ville, le printemps T-Fal de fou que le Québec a vécu, mes nombreux bouleversements côté travail…

Bref, mon 2012, c’est beaucoup plus que des photos de mes souliers rouges, aussi instagrammées soient-elles.  Voici donc ma propre rétrospective de 2012; le Top 10 de mes histoires les plus consultées sur Merci pour cette émotion.

Ça part dans tous les sens.  Comme mon année.

Mahée Paiement

1.  Service après-vente.

J’ai exploré la page statistique de mon blogue.  Par quelle recherche de mots clés les visiteurs ont-ils atterri ici ?  Pourquoi es-tu en train de lire ceci ?

Certains résultats sont plutôt troublants.

Fragile2.  Vie de bureau.

Tel un SDF, je déambule dans les couloirs du Montréal souterrain, café Starbucks en main, dans l’espoir de retrouver un sens au terme « heure de dîner ».

Le Centre Eaton est paisible.

Joane Labelle3.  La bête de Labelle.

Je me suis pincé le bras, me suis frappé la tête contre le mur à quelques reprises.  J’ai fait pipi, un petit peu…

Comment une nouvelle de cette envergure avait-elle pu me glisser entre les doigts ?

KWAD94.  Quoi de neuf ?

Pour terminer cette aventure en beauté, KWAD9 était en nomination aux 27es prix Gémeaux.

Highlights de la soirée ?  Ça manquait cruellement de petites coupes de crevettes.  Et nous n’avons pas gagné.

American Horror Story5.  Petite-Patrie Horror Story.

Après ce nouvel épisode plus ou moins glorieux de ma vie, je me suis questionné sur ma santé mentale.

Peut-être devrais-je arrêter de contrôler ma régularité avec des médicaments.

Lac Jamet6.  Camping sauvage without Guy A. Lepage.

Qu’en est-il du bungee, du safari africain, du tatoo de tilapia que je voulais tout autour de ma cuisse gauche ?

Finalement, c’est ce week-end que j’allais vivre l’acte 1 de mon année d’aventure.

Mode hommes 20127.  Lundi de blues.

C’est scientifiquement prouvé que le troisième lundi de janvier est le jour le plus déprimant de l’année.

Un psychologue a finalisé, il y a quelques années, une sorte d’équation de la dépression.

Weeds8.  Les mauvaises herbes de Mme Botwin.

Couché dans l’herbe du parc Émilie-Gamelin, c’est la tête remplie de réflexions que je sirotais au soleil un frappuccino glacé aux fraises.  (Yark !)

Quand soudain, un badaud arriva.

Scissor Sisters9.  Nous allons voir un kiki.

« Kiki » est un terme qui signifie : passer un bon moment avec des amis.

Il est possible d’avoir un kiki dans un bar, au téléphone, ou en plein air lors d’une bar mitzvah.

Instagram10.  Je suis un artiste original.

J’ai retrouvé le goût de vivre grâce au soutien offert par mes tout nouveaux boxers tubulaires, ainsi que le téléchargement de l’application Instagram maintenant offerte pour téléphones Android.

Publicités

Les mauvaises herbes de Mme Botwin.

Les mauvaises herbes de Mme Botwin.

Non mais y fais-tu assez beau au Québec cet été !  J’ai le goût de me mettre en CHEST à tous moments !!!  Mais je ne le fais pas.  Je me garde une petite gêne…  Ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir la pudeur de ne pas montrer ses mamelons en plein centre-ville.

Couché dans l’herbe du parc Émilie-Gamelin, c’est la tête remplie de réflexions du genre que je sirotais au soleil un frappuccino glacé aux fraises.  (Yark !)  Quand soudain, un badaud arriva.

– Weuuung…
– Je te demande pardon ?
– Tu veux-tu du Weee¨¨¨¨¨… ?  *cough cough*
– WEEDS !!!  Heille, c’est drôle que tu me demandes ça !
– …
– J’ai justement la saison 7 en DVD dans mon sac !
– Ostie de cave.

Y’a un snobisme ambiant au parc Émilie-Gamelin depuis quelques temps…  Est-ce parce qu’il était le point de départ de toutes les manifestations nocturnes contre la hausse des droits de scolarités lors du dernier printemps érable ?!  Chose certaine, depuis, tous ceux qui le fréquentent se prennent pour le bout de la marde.

– Ben là, désolé de ne pas l’avoir en Blu-ray !!
– Va chier câlisse.
– Et toi, va te laver !
– Tabarnak !  Sacre ton camp d’icitte.
– T’as beau aimer le look hippie, y’a des maudites limites à sentir le swing !

J’ai jeté mon frappuccino dans la corbeille à déchet et j’ai quitté le parc avec une dose suffisante de dignité étant donné la situation.  Pendant ce temps, mon agresseur verbal se faisait gentiment matraquer par une police.

C’est qu’ils en ont pris l’habitude, les polices, de frapper sur tout ce qui a un tant soit peu de caractère.  Ça en est même inquiétant…  Mais passons.

Weeds est une série américaine irrévérencieuse racontant l’histoire de Nancy Botwin, une mère de famille habitant le quartier aisé de la banlieue d’Agrestic (une sorte de Sainte-Julie, mais avec encore plus de chihuahuas et de chandails cols bateaux).  Confrontée à une situation financière désastreuse à la suite du décès de son mari, Nancy se lance dans le trafic du cannabis.  En dépit du conformisme ambiant et du fait qu’elle ne connait absolument rien en drogues, son business de cannabis va prendre de l’ampleur… jusqu’à déranger les grosses têtes du crime organisé.

Weeds traite de drogue, de sexe, de politique et de religion, mais toujours avec une dose salutaire de dérision.  Cette comédie audacieuse à l’humour décapant bouscule joyeusement l’univers politically correct de la banlieue bourgeoise.

La qualité des dialogues, l’originalité, l’humour et le côté attachant des personnages (gros coup de coeur pour Andy, le beau-frère) en ont fait l’une des meilleures séries de ces dernières années.  Oui mais voilà, toutes les belles histoires ont une fin et la chaîne Showtime a confirmé que la saison 8 de Weeds serait la dernière.

Télé-Québec diffuse présentement les épisodes de la première saison le samedi soir vers minuit quinze.  À regarder en apéritif.  Et si vous aimez, garrochez-vous sur les DVD !  Parce que j’ai la vague impression que Télé-Québec tirera joliment la plogue à la fin de l’été…  Et puis la traduction française est franchement catastrophique.