Merci pour ces émotions passées.

Merci pour ces émotions passées.

Back To The Future III

Sur Facebook, une rétrospective de mon année 2012 m’était proposée.  Elle rassemblait un cocktail de statuts randoms ainsi que de deux trois photos prises dans des moments plus ou moins glorieux.

C’est pas ça, mon année.

2012 aura été particulièrement intense.  Quand j’y pense, j’ai même une petite émotion qui veut vivre…  (Ce qui est, finalement, tout de même assez fréquent.)

Tous les spectacles auxquels j’ai assisté, les disques achetés, les séries-télé dévorées…  Les quiproquos burlesques en plein coeur du centre-ville, le printemps T-Fal de fou que le Québec a vécu, mes nombreux bouleversements côté travail…

Bref, mon 2012, c’est beaucoup plus que des photos de mes souliers rouges, aussi instagrammées soient-elles.  Voici donc ma propre rétrospective de 2012; le Top 10 de mes histoires les plus consultées sur Merci pour cette émotion.

Ça part dans tous les sens.  Comme mon année.

Mahée Paiement

1.  Service après-vente.

J’ai exploré la page statistique de mon blogue.  Par quelle recherche de mots clés les visiteurs ont-ils atterri ici ?  Pourquoi es-tu en train de lire ceci ?

Certains résultats sont plutôt troublants.

Fragile2.  Vie de bureau.

Tel un SDF, je déambule dans les couloirs du Montréal souterrain, café Starbucks en main, dans l’espoir de retrouver un sens au terme « heure de dîner ».

Le Centre Eaton est paisible.

Joane Labelle3.  La bête de Labelle.

Je me suis pincé le bras, me suis frappé la tête contre le mur à quelques reprises.  J’ai fait pipi, un petit peu…

Comment une nouvelle de cette envergure avait-elle pu me glisser entre les doigts ?

KWAD94.  Quoi de neuf ?

Pour terminer cette aventure en beauté, KWAD9 était en nomination aux 27es prix Gémeaux.

Highlights de la soirée ?  Ça manquait cruellement de petites coupes de crevettes.  Et nous n’avons pas gagné.

American Horror Story5.  Petite-Patrie Horror Story.

Après ce nouvel épisode plus ou moins glorieux de ma vie, je me suis questionné sur ma santé mentale.

Peut-être devrais-je arrêter de contrôler ma régularité avec des médicaments.

Lac Jamet6.  Camping sauvage without Guy A. Lepage.

Qu’en est-il du bungee, du safari africain, du tatoo de tilapia que je voulais tout autour de ma cuisse gauche ?

Finalement, c’est ce week-end que j’allais vivre l’acte 1 de mon année d’aventure.

Mode hommes 20127.  Lundi de blues.

C’est scientifiquement prouvé que le troisième lundi de janvier est le jour le plus déprimant de l’année.

Un psychologue a finalisé, il y a quelques années, une sorte d’équation de la dépression.

Weeds8.  Les mauvaises herbes de Mme Botwin.

Couché dans l’herbe du parc Émilie-Gamelin, c’est la tête remplie de réflexions que je sirotais au soleil un frappuccino glacé aux fraises.  (Yark !)

Quand soudain, un badaud arriva.

Scissor Sisters9.  Nous allons voir un kiki.

« Kiki » est un terme qui signifie : passer un bon moment avec des amis.

Il est possible d’avoir un kiki dans un bar, au téléphone, ou en plein air lors d’une bar mitzvah.

Instagram10.  Je suis un artiste original.

J’ai retrouvé le goût de vivre grâce au soutien offert par mes tout nouveaux boxers tubulaires, ainsi que le téléchargement de l’application Instagram maintenant offerte pour téléphones Android.

Publicités

Ce palmarès est du tonnerre de Dieu.

Ce palmarès est du tonnerre de Dieu.

Après un mois de silence, j’effectue un comeback DE LA MUERTE en vous offrant mon (maintenant traditionnel) palmarès des meilleurs singles de l’année.

Comment résumer mon expérience musicale 2012 en un seul mot ?  Envoûtement.  Tel un cobra, j’ai été charmé par ces joueurs de flûte qui portent de superbes coiffes.

Voici mon Top 10 des singles de 2012 !

1.  Chairlift – Amanaemonesia

La ligne de basse m’a charmé.  Il faut aussi avouer que le clip, après avoir provoqué un énorme WTF, m’a fait littéralement tomber en amour avec la chanteuse de Chairlift.

Amanaemonsia, c’est ma toune de l’année !

2.  Lana Del Rey – Blue Jeans

Il y a quelque chose d’extrêmement charmant chez Lana Del Rey.  Hésitations, maladresses, malaises…  Couplés à des arrangements modernes et à une esthétique vintage, la magie opère grave.

Blue Jeans, c’est le top.

3.  Scissor Sisters – Let’s Have A Kiki

Comment résumer les Scissor Sisters ?  Complètement déjantés.  Let’s Have A Kiki en est l’exemple ultime.

Les ventes ne sont plus au rendez-vous, mais la chanson s’est tracé un chemin jusque dans un épisode de Glee.

4.  Kimbra – Warrior

Cette collaboration avec Mark Foster et A-Trak a été une superbe carte de visite pour Kimbra.

Warrior est la chanson qui m’a fait découvrir cette artiste de talent, originale interprète et bête de scène survoltée.

5.  Keane – Silenced By The Night

Strangeland était un retour aux sources pour Keane.  Beaucoup d’harmonies au piano, toujours cette voix puissante qui te prend aux tripes…

Le single Silenced By The Night est définitivement une pièce maîtresse de leur discographie.

6.  Ellie Goulding – Figure 8

Ellie Goulding a beau avoir délaissé sa guitare sèche pour des beats dubstep, la magie opère toujours.

Figure 8 propose du chaos, de la distorsion, de la violence, mais également beaucoup de sensibilité…

7.  Marina And The Diamonds – Power & Control

Le dernier album de Marina And The Diamonds est très conceptuel, un peu trop même.

Power & Control n’a rien d’un hit de palmarès, mais ses arrangements provoquent un phénomène proche de l’envoûtement.

8.  Gossip – Move In The Right Direction

Gossip est maintenant bien loin de ses origines « rock de garage ».  Mais si c’est pour nous pondre des chansons du type « Move In The Right Direction« , c’est bien tant mieux.

Impossible d’écouter cette chanson sans remuer de la nuque.

9.  Madonna – Girl Gone Wild

Son MDNA m’a déçu.  De Madonna, je me serais moi-même attendu à un album beaucoup plus novateur.

Il contient quand même de bons moments, comme ce Girl Gone Wild qui rappelle légèrement l’époque Erotica.

10.  Christina Aguilera – Your Body

Ce devait être le comeback de l’année…  Finalement, on a davantage parlé de la prise de poids de Christina Aguilera que de son nouvel album.

Your Body avait tout pour devenir le hit de 2012.  En tout cas, j’ai bien aimé.

Mention honorable

0.  Gabriella Cilmi – Vicious Love

On attend toujours avec IMPATIENCE le retour de Gabriella Cilmi.  En 2012, elle nous a offert un aperçu de ce qu’elle proposera dans son prochain album.

Vicious Love, un apéritif à haute teneur sensuelle.

Nous allons avoir un kiki.

Nous allons avoir un kiki.

Qu’est-ce qu’un « kiki » ?

Choix numéro 1 : une espèce de singe.

Vous vous souvenez vaguement d’avoir entendu Charles Tisseyre le déclarer avec le ton solennel qu’on lui connaît : « Le kiki, singe vivant dans les montagnes longeant la République de Macédoine, est le primate le plus étonnante de la planète. »

Choix numéro 2 : une relation sexuelle express.

Que ce soit au bureau, sur l’heure du lunch, dans le fond d’une ruelle sale ou avant d’aller à la messe, le quicky (ou kiki) est le moyen le plus rapide, efficace et gratuit (de préférence) pour libérer les tensions accumulées par nos habitudes de vies urbaines excessivement stressantes.

Choix numéro 3 : un pénis.

Ouais, bon.  Paraîtrait qu’en France, certains l’appellent ainsi.  Mais voir que je vais vous jaser « kékette » aujourd’hui.  QUAND MÊME !

Choix numéro 4 : aucune de ces réponses.

Au secondaire, lorsqu’on nous donnait des examens à choix de réponses, l’option du « aucune de ces réponses » n’était jamais la bonne.  Mais aujourd’hui, je fais fi des conventions.

« Kiki » est un terme qui signifie : passer un bon moment avec des amis.  Il est possible d’avoir un kiki dans un bar, au téléphone, ou en plein air lors d’une bar mitzvah.  « Let’s have a kiki » signifie « faisons la fête ».

Let’s have a kiki, c’est également le titre d’une chanson tirée du nouvel album des Scissor Sisters, Magic Hour.

Au début des années 2000, les Soeurs Ciseaux ont remis le glam rock au goût du jour.  Groupe au destin volontairement underground, ils sont devenus mainstream notamment grâce à leur reprise d’une chanson de Pink Floyd, Comfortably Numb.  Bono, le leader de U2 qui a une opinion sur tout, les a d’ailleurs qualifiés de « meilleur groupe du monde ».

Après Night Life, un album concept plutôt sombre faisant l’apologie de la vie nocturne new-yorkaise des années 80, les Scissor Sisters sont de retour avec Magic Hour et devraient, encore une fois, transformer la terre en une gigantesque piste de danse.

Magic Hour est un album varié, un concentré de tubes se rapprochant du style de leurs débuts.  Pas de concept cette fois-ci, ce disque est un hymne au bonheur, un album ludique et joyeux, fait de bons souvenirs et résolument optimiste.  Un disque réussi, pour l’été et les couchers de soleil.  On y trouve des titres aux accords folks, comme Baby Come Home, mais aussi de la dance aux mélodies synthétiques et ultra-rythmées directement sorties des années 90.

De passage à l’Olympia de Montréal pour un concert événement vendredi dernier, les spectateurs présents ont eu droit à un kiki puissance dix.  Si le frontman Jake Shears fait mouche dans l’interprétation des plus grands tubes, c’est le talent d’Ana Matronic qui m’a flabergasté.  Chanteuse, choriste, MC, cette fille a un charisme fou et un sens de la répartie étonnant.

Dommage qu’aucun média de masse n’ait été présent afin de rapporter l’événement.  Les fans, eux, étaient légions.

Voici Baby Come Home, une autre démonstration de leur talent, autant musical que visuel.

Retour sur le passé.

Retour sur le passé.

Avez-vous bien défoncé l’année 2011 ?

De mon côté, j’ai encore quelques difficultés à vivre, rendant ma concentration totalement utopique.

Ce matin, j’ai envie de faire un Claude Dubois de moi-même et de recycler mes vieilles affaires en vous offrant le Top 10 de mes billets les plus lus.  Vous pourrez ainsi faire du rattrapage pendant que moi, je soigne mon mal de tête.

1.  100% douchebag.

Mais qu’est-ce qu’un douchebag ?  En gros, c’est une insulte anglo-saxonne qui peut se traduire par idiot.

En gros, parfum Ferrari, bronzage orange et gaminets Ed Hardy sont à l’honneur sur ces hommes over proportionnés des biceps.

2.  Solidement insurgé.

Avec Wagner, on est à mille lieux de l’humour type Grandes Gueules, heureusement.

Sous son allure de badass soft se cache un gars qui ne mâche pas ses mots.

3.  Fier comme un paon…

Le défilé de la fierté gaie de Montréal existe depuis 1979.

Bien que le contexte social ait changé, l’objectif de cette manifestation citoyenne aurait dû rester la même : contrer les préjugés entourant l’homosexualité.

4.  Freakin’ Diva, live !

Un nouveau phénomène YouTube qui deviendra probablement célèbre grâce à son interprétation très personnelle du cultissime I Will Always Love You.

Même si elle n’a pas réussi à atteindre la fameuse high note, elle possède toutefois l’attitude de la diva déchue.

5.  Théorie du complot…

Les Illuminati ne sont pas qu’un simple club privé où les membres doivent porter des soutanes en velours de couleurs flamboyantes.

Il s’agit d’un organisme dont la véritable nature est occulte et rares seraient les artistes échappant à leur contrôle.

6.  Le coeur ne ment pas.

Le son a changé.  Le folk-bluesy a fait place au disco-électro-pop vintage assumé.

Se réinventer après un album, c’est peut-être un peu tôt, mais qu’importe.  Après le choc, la découverte.  Ten est un album dangereusement festif.

7.  Plagiat en la demeure ?

Scandale dans le monde de la pochette de disque cette semaine.  Partout sur la planète, on encense la galette et son design « organique ».  Au Québec, on sourcille…

Dans le genre pareil, on peut pas faire mieux !

8.  Merci pour ce palmarès.

Cette année, on a vu surgir de nouveaux visages très prometteurs et qui ont aidé à redorer les lettres de noblesse de la pop.

Voici donc mon Top 10 des meilleurs singles de l’année 2010 (merci Grande Bretagne) !

9.  Rock de base, cheap à l’os.

Émotions ressenties : incompréhension, malaise et un petit peu de colère aussi…

Émile est un nouveau chanteur de la scène musicale québécoise.  Son premier extrait, Les femmes, laisse perplexe.

10.  La guerre en Afghanistan.

N’importe quoi contre quelques clics d’internautes en mal de fantasmagorie militaire.

Soldats, une discussion de groupe devrait être organisée pour chercher ce que vous essayez de catalyser ou d’exacerber avec ce genre de performance.

L’apocalypse de 2012 s’en vient, mais avant que mon blog implose de lui-même, j’ai bien l’intention de poursuivre mes épanchements sur des sujets aussi variés que le conflit entre les deux Corées ainsi que de l’ascension fulgurante de la chanteuse IMA dans les casino-bars de Dubaï.

Merci pour ce palmarès.

Les bilans du mois de décembre.  La période de l’année où l’on regarde par-dessus son épaule en criant :
« JUGEMENT ! »

J’avais envie de faire l’exercice sur mon blog.  Mais quel sujet aborder ?  Celui sur lequel j’ai déjà écrit 40 billets : la musique pop, ses chansons, mes coups de coeur.

Cette année, on a vu surgir de nouveaux visages très prometteurs et qui ont aidé à redorer les lettres de noblesse de la pop.  Voici donc mon Top 10 des meilleurs singles de l’année 2010 (merci Grande Bretagne) !

1.  Gabriella Cilmi – Hearts Don’t Lie

Le disco n’est pas mort, il a ressuscité des morts et prend aujourd’hui l’apparence de Gabriella Cilmi.  Avec Hearts Don’t Lie, l’australienne signe ici un de ses titres les plus efficaces.  Addictif et groovy à souhait !

2.  Scissor Sisters – Any Which Way

Un comeback réussi !
Le son des Scissor Sisters s’est adapté aux années 2010 en dosant à la perfection leur côté rétro.  Any Which Way est un des très festifs titres de leur Night Work.

3.  Marina & The Diamonds – Oh No!

Une des jolies découvertes de 2010.
Ce bijou grec n’a pas eu peur de plonger tête première dans la culture pop.  Extrait d’un album rafraîchissant, coloré et intelligent du début à la fin.

4.  Kylie Minogue – All The Lovers

La princesse de la pop a frappé fort avec le premier single d’Aphrodite.
All The Lovers, en plus de donner à tous coups le goût de danser, nous fait planer sans avoir besoin de consommer.

5.  Brandon Flowers – Only The Young

L’aventure solo de Brandon Flowers pouvait sembler superflue.  Only The Young a confirmé que le projet était bel et bien justifié.

Les autres Killers n’ont qu’à bien se tenir.

6.  Mika – Kick Ass

Mika commençait à tourner en rond, déjà.
La possibilité d’écrire la chanson thème du film Kick Ass a été salutaire.  J’espère qu’il osera davantage pour son prochain album.  Un renouvellement s’impose !

7.  Maroon 5 – Misery

Ils savent comment composer un hit radio.
Toujours aussi efficace qu’à l’époque de This Love, aujourd’hui Maroon 5 maîtrise à la perfection leur son rock dansant.  Ça donne la pêche !

8.  Hurts – Wonderful Life

Gros coup de coeur pour ce nouveau duo électro-pop.  Avec Wonderful Life, Hurts a eu une incroyable carte de visite.  Autant la chanson que le clip ont très bien su présenter leur univers froid et mélancolique.

9.  Sia – Clap Your Hands

Sia n’est pas l’éternelle dépressive comme certains de ces précédent singles nous laissaient croire.
Clap Your Hands a été un single locomotive fort pour son dernier album lumineux, frais et dansant.

10.  Mylène Farmer – Oui mais… non

Son nouvel album n’est pas encore sorti au Canada, mais ce premier single annonce un nouveau son, une nouvelle prose…
Pour moi, Oui mais… non penche davantage du côté « oui » de mon coeur.

Mention honorable

0.  Alizée – Les collines (Never Leave You)

Cette chanson n’a pas ébranlé grand monde, mais je salue l’audace d’Alizée d’être sortie de sa zone de confort.  Maintenant, il lui manque le courage de défendre ses choix artistiques.  Ça viendra, on l’espère…

Un nouveau festival bien prometteur !

Secrètement, j’étais déçu de moi, de mon été…  À chaque année, je me dis que je participerai activement aux nombreux festivals : voir plusieurs spectacles de musique, goûter à la foule urbaine en soif de découverte culturelle, blablabla.  À chaque année, je me trouve finalement trop brûlé par mon travail pour aller me perdre au travers d’une foule compacte.  À chaque année, je fous rien et je m’en veux.

Cette fin de semaine, j’ai pris mon amertume par la corne et j’ai remédié à ce gênant problème.  J’ai officiellement créé un petit Festival musical bien personnel et à la programmation assez éclectique merci.

Le Festival Set Me Free / Je pleure de joie.

Le titre est flou et c’est voulu.  Je voudrais pas qu’on m’accuse de fausse représentation le jour où je déciderai d’ajouter à ma programmation des ateliers de danse baladi ou des conférences sur le bonheur animées de main de maître par l’exubérant Marcel Leboeuf.

Samedi soir, un spectacle de Philémon Chante on ne peut plus intime avait lieu au très chic Chant’Appart chez Stéphanie, un nouvel établissement très prometteur.  Le jeune artiste est lui aussi promis à un joli succès.  Accompagné de son contrebassiste Philippe Brault, Philémon a livré en toute intimité les pièces de son plus récent EP, Les sessions cubaines, dans une ambiance presque religieuse.

L’air était chargé d’émotion, tous écoutaient le chanteur blessé pousser la note, sans micro, avec une fragilité déconcertante.  On aurait pu entendre les mouches voler…

Philémon est originaire de Québec.  C’est toutefois dans un studio de La Havane qu’il a enregistré en deux jours et deux nuits Les sessions cubaines, un premier album publié de façon indépendante.  À écouter d’urgence si vous cherchez une alternative à ce que proposent présentement les artistes québécois dits « grand public ».

En soirée, un DJ a prouvé qu’on pouvait danser sur du funk en ayant des larmes dans les yeux.  Officiellement, Villeray represent !

La deuxième soirée de ce festival magique proposait un spectacle d’un tout autre genre, à l’opposé même du premier : les Scissor Sisters au Métropolis.  La mélancolie avait fait place à l’euphorie dans ce qui allait ressembler à un immense party glam rock/disco.

La foule qui se trouvait au Métropolis pour accueillir les Scissor Sisters n’aurait pu être plus énergique. Pendant une heure et demie, le quartet new-yorkais a électrisé le public montréalais dans la sueur, l’humidité et la bonne humeur.  C’est qu’il faisait très chaud à l’intérieur du Métropolis !  Ana Matronic et Jake Shears, les deux leaders vocaux du band, ont passé la majorité du spectacle à se donner la réplique, que ce soit au niveau du chant que des mouvements scéniques extravagants.  Le groupe entier a sans difficulté réussi à créer une tangible fusion avec son public.  Total blast/screaming orgasm !

Je suis reparti de la salle avec un toupet plat ainsi qu’un tout nouveau gaminet aux couleurs des Sœurs Ciseaux.  Yé !

La deuxième édition du Festival n’attendra certainement pas un an avant de se manifester.  Des rumeurs de couloir annoncent même une reprise des évènements au passage futur de Goldfrapp dans la métropole…

N’importe comment.

Après l’étonnamment conventionnelle Fire With Fire ayant jouée le rôle d’ouvrir les portes des radios dites plus commerciales aux Scissor Sisters, c’est la chanson Any Which Way qui a été sélectionnée pour promouvoir leur troisième album Night Work.  Le clip a été dévoilé cette semaine, un truc bien plus dans l’esprit originel du groupe : des couleurs, de la folie, de la créativité…  Bref, de l’Art typique des Soeurs Ciseaux.

Le Métropolis de Montréal risque fort de brûler par l’intérieur le 29 août prochain, alors que le groupe y sera de passage pour présenter le spectacle de leur tournée 2010.